21 septembre 2018

"Rien" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Rien

 

"Rien" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Daniel Ziv : Surprenant

 

Rien

Rien

Rien... Absolument rien. Ce livre j'aurais aimé l'écrire mais eux n'ont pas voulu. Ils ont détruit l'histoire, la peur au ventre. Quant à elle... elle n'existait peut être pas. Alors: RIEN

https://z4editions.fr

 

Mon Avis Pollar

Comment ouvrir un roman qui se définit en rien ? Non, parce que nous lecteurs, nous avons besoin que l'on nous propose quelque chose, que l'on nous embarque toujours vers quelque part... Ce n'était pas gagné d'avance, me direz-vous !

Et bien, rassurez-vous ce livre qui ne parle en soi, de rien, paradoxalement, amène à toutes les directions de "l'infini du fini". Dans sa dimension, vague, obsessionnelle, chahutée. Il y a ici une philosophie du vide, par les mots. Les souvenirs laissent une trace. Nous avons ici une version de non-roman ingénieux, cocasse, vertigineux. C'est un récit concentré, volatile comme la pensée qui absorbe et qui remplit ce "rien" qui devient alors l'occasion "fouille tout". Vie, mort, voyage, absurde, conscience... Il n'y a de sens que dans celui qu'on lui donne.

Parce qu'il n'est pas nécessaire de se prendre au sérieux pour écrire et transmettre, Daniel Ziv nous offre une pépite non dénuée d'émotions...

Citation Pollar

"A quoi penser ce soir avant de commencer ce livre inexistant ancré dans notre corps ? Je rêve de mourir rapidement, tu rêves d'avoir le temps de terminer ce que j'ai commencé."

Posté par SophieSonge à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 mars 2018

"Femme de lui" de Bernard Sarrut aux Éditions Z4

femmedelui

 

"Femme de lui" de Bernard Sarrut aux Éditions Z4

Bernard Sarrut : Un roman indomptable

 

femmedelui

Femme de lui

On pourrait dire que l'homme et la femme de l'histoire n'existent peut être pas ou que seulement lui ou que seulement elle. On pourrait dire aussi qu'ils se parlent sans se parler, sans s'écouter. Qu'ils ne sont peut-être là que pour le rapport de forces, guetter la moindre faille de l'autre...

https://z4editions.fr

 

Mon Avis Pollar

Qui est-il ? "Lui", nous ne saurons pas son nom. Cet homme insaisissable et libre fait la rencontre d'Anne, pour générer une relation unique, atypique, et inoubliable...

Ce roman va à l'encontre de tous les genres, ne répond à aucun cliché, vit son sens dans l'absence de mesure. Il y a quelque chose au début de déroutant, dérangeant qui élance et donne le vertige.

On est habité par la curiosité d'un personnage à l'enveloppe vide que l'on cherche à tout prix à définir... Il faudra sortir de la zone de confort pour appréhender, créer des liens, gratter le vernis à la surface. On se laisse ensuite porter par la poésie, l'inconnu, le prisme des fantasmes naissant dans cette relation trouble, ambiguë, existentielle.

La fugacité des moments nous enlace, nous séduit, nous étreint, et on se laisse aller au rythme sensible et ouvre la brèche des possibles. "Lui", nous entraîne avec "elle" dans l'inattendu, le romanesque. Il nous invite à oublier nos peurs, à lâcher prise sur le fil de l'indistinct instinct qui sommeille quelque part en "nous".

Un roman qui se dessine, que l'on devine, que l'on apprivoise au fil des pages, l'esprit envolé...

 

Citation Pollar

"Nous deux, il faut que ce ne soit rien comme les autres. Je pensais que vous aviez compris."

 

Posté par SophieSonge à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 février 2018

"André Verdet 101 années d'étoiles" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

verdet

 

"André Verdet 101 années d'étoiles" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Daniel Ziv : un bel hommage

 

verdet

André Verdet : 101 années d'étoiles, en vrac et dans le désordre

André Verdet (1913-2004) a publié plus de 240 ouvrages, sur et avec ses amis artistes, et aussi recueils de poèmes,livres sur la Résistance dont il fit partie (arrêté par la gestapo, il a été incarcéré à Buchenwald).

https://z4editions.fr

 

Mon Avis

Connaissiez-vous André Verdet ? L'homme, l'artiste, le bâtisseur ? Cet ouvrage retrace les souvenirs d'une vie bien remplie pour cet enfant du Sud. André laisse un patrimoine riche à St Paul, berceau de rencontres inoubliables et créatives.


Comment définir cet homme aux dimensions multiples capable de contempler la substance, la vie et de partager sa vision des choses, sous toutes ces formes... Un homme curieux, passionné d'une cohérente simplicité à appréhender l'univers, et ses mystères. À la fois terrien et lunaire, espiègle et érudit, il conquiert les cœurs, réunie les talents, les amis. Une personnalité forte, courageuse, sincère, originale qui impressionne.

André laisse derrière lui plus de 200 livres, des toiles, des sculptures. De quoi éprouver, rêver, se sustenter...

Après les camps de la mort, il prend chaque jour comme un cadeau : il observe, il expérimente, il s'éveille à l'Art, et l'Art se révèle à lui. Ce poète, cet artisan, ce jouisseur de la vie, clame la liberté, proclame l'infini. L'imagination appelle la création.

Aux côtés des plus grands artistes du 20e siècle, André Verdet se nourrit, s'inspire et transforme la matière. Les amis rendent hommage à un homme "Sage" et généreux, amoureux du sens, de l'inconnu et de l'humain.

Un joli témoignage sylphide et fulgurant qui donne envie de découvrir l'œuvre et de s'attarder un peu plus...

 Citation

"Pourquoi ne pas parler de la mémoire objective des étoiles
Qu'est-ce qui éloigne
De ce qui rapproche
Au fur et à mesure
Du dévoilement
Nous percevons la durée
Le temps nous échappe
L'éternel nous ignore"

 

Posté par SophieSonge à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 février 2018

"Soleil se mire dans l'eau" de Florence Daudé et Philippe Thireau aux Éditions Z4

soleil se mire dans eau

 

"Soleil se mire dans l'eau" de Florence Daudé et Philippe Thireau aux Éditions Z4

Florence Daudé et Philippe Thireau : Poésie à fleur d'eau

SAM_2673

 

soleil se mire dans eau

Soleil se mire dans l'eau

Les photographies énigmatiques, solaires, ombreuses de Florence Daudé partagent l'indicible. Elles racontent l'histoire des eaux anciennes répandues sous la cascade de Pissevieille près de Saint-Claude dans le Jura, et qui s'en vont ensuite par Bienne, Ain et Rhône caresser la Méditerranée et un port secret. L'effet procuré par ces photographies est saisissant.

http://z4editions.fr

 

Mon Avis

Au fil de l'eau, des saisons, les mots se déroulent, jaillissent de leur lit, pour que s'expriment les sons. Il y a des couleurs, des reliefs, des courants qui vous emportent, vous chamboulent, vous retiennent.


Le temps d'un instantané, la nature se devine, se dessine, et délivre ses curiosités infimes et ses multiples secrets. La poésie sous forme de Haïku, se fait caresse, invitation. La photo appelle les mots qui transcendent l'art de la nature et du vivant. Un voyage dans le courant des mots, à la surface de l'eau, à la source du Jura entre Ain et Rhône pour se fondre dans la méditerranée.

Il y a une intuition perceptible, une sensibilité palpable dans la synergie de ces deux exercices. Une osmose merveilleuse, que Florence Daudé et Philippe Thireau nous rendent si bien avec ce bel ouvrage qui se fait l'écho de leur unisson.

Les photos sont poétiques, les poèmes sont visuels et photographiques. Un livre beau par la magie du regard, du moment cristallisé, un livre rare dans la pureté et la mélodie de la description.

Un petit bijou d'harmonie, fragile, que l'on retient au creux des mains comme le plus merveilleux des trésors...

 

SAM_2674

SAM_2675

 

 

Posté par SophieSonge à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 décembre 2017

"De poussière et de vent" d'Emilie Panisset-Barachant aux Éditions Z4

Poussiere vent

 

 

"De poussière et de vent" d'Emilie Panisset-Barachant aux Éditions Z4

Emilie Panisset-Barachant : Un récit enivrant

 

De poussière et de vent

Récit onirique, De poussière et de vent nous fait pénétrer dans les rêves d'un homme dont la mission sur terre est de garder, préserver les géoglyphes tracés par la civilisation des Nazcas entre 300 avant et 800 après JC dans le désert qui porte leur nom et qui, pour la plupart, représentent des animaux.

http://z4editions.fr

 

Mon Avis

De génération en génération, on est gardien, dans la famille de Rodrigo. Dans le désert de Nazca, au Pérou, seul avec son vécu, en proie avec des rêves obsédants, il pourrait être le dernier maillon de la lignée...


C'est un récit prégnant et déroutant qui nous conduit dans l'intimité et le délire de l'immensité du désert. On est touché par le témoignage et le ressenti d'un gardien lié à son destin.

Sa mission absolue, pénétrante, au caractère immuable, n'aurait pu jamais faire de vague sans l'émergence de ses rêves étranges et préoccupants. Entre veille et sommeil, le narrateur nous entraîne dans sa valse folle de peurs, de regrets, de désespoir.

L'écriture est brute de poésie, elle nous perturbe, nous prend aux tripes, surgissant et jaillissant de nulle part ou presque... Rêves après rêves, on est gagné par le malaise d'une vie vouée au silence et à la protection. Dans une prise de conscience tardive, purificatrice ou écorchée, Rodrigo crie à la rébellion.

Un roman qui parle du choix, du destin, d'intuition. Qu'en est-il de la pensée, du libre-arbitre ?

L'acceptation justifie-t-elle le sacrifice ?

Des questions universelles d'ici et d'ailleurs qui méritent d'être posées.

Citation

"On ne cause pas aux lignes. On se tait et on attend. On écoute les murmures du singe et du colibri. On les ausculte comme un médecin consciencieux à l'extrême. On mange de la poussière, on boit du vent. Et on se tait."

 

14 décembre 2017

"Jean-Claude et les sept téléphones" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

7telephones

 

"Jean-Claude et les sept téléphones" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Daniel Ziv : Le temps qui passe...

 

7telephones

Jean-Claude et les 7 téléphones

Un livre en pensant à mon frère Jean-Claude qui nous a quitté bien malgré lui, le mardi 27 mai 2013 au matin. Mais ce n'est pas un livre triste. Jean-Claude passait sa vie suspendu à 6 ou 7 téléphones à la fois, à courir le monde, peut être à la recherche du temps, on ne saura peut être jamais.

http://z4editions.fr

 

Mon Avis

L'auteur nous offre ici ses pensées en vrac, hétéroclites, tout azimut sur le temps qui défile inexorable et ne se rattrape pas. Il nous confie ses souvenirs, ses humeurs, ses influences dans une joyeuse sarabande.

Avec l'âge vient la sagesse, l'heure des bilans que l'on veut graves ou festifs. La plume est facétieuse, gourmande, parfois lourde de sens. On évoque la disparition, la mort, on célèbre la vie...

On revient sur ces années insaisissables, parce qu'elles sont passées et qui ont fait ce que l'individu est aujourd'hui. C'est un discours lucide, provocateur et un remarquable témoignage d'amour et d'affection à la mémoire d'un frère disparu. Tout porte ici à évoquer, éprouver et se souvenir et pourquoi par inventer une parole, dont on sait qu'ici, elle ne sera plus...

Une bien jolie réflexion sur notre passage fulgurant ici-bas, à saisir autant que se peut à bout de bras. Un récit idéal, fantaisiste, croyez-vous ? Pour autant, il n'y a que perception et expression des sentiments...

Citation

"Mais oui, le temps ce n'est peut-être qu'une histoire qui n'existe pas ; peut-être que la vie d'ailleurs n'existe pas non plus, que nous ne sommes qu'un rêve venant d'une autre dimension."

 

Posté par SophieSonge à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 août 2017

"Fracture : Chimère autobiographique" de Pierre Barachant aux Éditions Z4

fracture

 

"Fracture : Chimère autobiographique" de Pierre Barachant aux Éditions Z4

Pierre Barachant : Autobiographie ou le début d'une vie

 

fracture

Fracture

Ne me dites jamais que l'enfance est la plus belle période de la vie. Cette paraphrase de Nizan pourrait résumer le contenu de cet ouvrage.

http://z4editions.fr

 

 

Mon Avis

Il faut avoir une histoire quand on décide de la coucher sur le papier et de se raconter.


Il y a un véritable processus dans le travail de mise à nu. Il faut être lucide, dans la mesure, mais pas trop, pour ne pas se laisser trop envahir ou ensevelir sous les mots. L'auteur s'exprime avec je crois beaucoup de délicatesse sur ces années qui l'ont éprouvé, construit et fait l'homme qu'il est aujourd'hui. Issu d'une grande fratrie, il évoque ses souvenirs d'enfant pourtant solitaire, curieux et critique. Il y parle avec proximité d'amour, d'amitié, de famille, de religion, d'écriture, de vie tout simplement.

C'est le goût et l'esprit de liberté qui ressort de ces écrits, qui ne demandent qu'après avoir palpé le réel à s'envoler. Il y a une réelle émotion, une sincérité qui nous touche. La plume est sensible, chatoyante il y a quelque chose de tactile, d'olfactif, de sensuel dans l'expression de cette vie que l'on respire, que l'on effleure subrepticement.

Les sentiments appellent les maux et rejoignent les mots dans une danse poétique entre chimère et éveil.

Écrire, se souvenir et aller au-delà encore...

 

Citation

 "Quant à la façon de chercher de l'artiste, du poète et de l'enfant, c'est de laisser venir à lui toutes les dimensions. Et de les regarder en face. Sans a priori."