21 septembre 2018

"Rien" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Rien

 

"Rien" de Daniel Ziv aux Éditions Z4

Daniel Ziv : Surprenant

 

Rien

Rien

Rien... Absolument rien. Ce livre j'aurais aimé l'écrire mais eux n'ont pas voulu. Ils ont détruit l'histoire, la peur au ventre. Quant à elle... elle n'existait peut être pas. Alors: RIEN

https://z4editions.fr

 

Mon Avis Pollar

Comment ouvrir un roman qui se définit en rien ? Non, parce que nous lecteurs, nous avons besoin que l'on nous propose quelque chose, que l'on nous embarque toujours vers quelque part... Ce n'était pas gagné d'avance, me direz-vous !

Et bien, rassurez-vous ce livre qui ne parle en soi, de rien, paradoxalement, amène à toutes les directions de "l'infini du fini". Dans sa dimension, vague, obsessionnelle, chahutée. Il y a ici une philosophie du vide, par les mots. Les souvenirs laissent une trace. Nous avons ici une version de non-roman ingénieux, cocasse, vertigineux. C'est un récit concentré, volatile comme la pensée qui absorbe et qui remplit ce "rien" qui devient alors l'occasion "fouille tout". Vie, mort, voyage, absurde, conscience... Il n'y a de sens que dans celui qu'on lui donne.

Parce qu'il n'est pas nécessaire de se prendre au sérieux pour écrire et transmettre, Daniel Ziv nous offre une pépite non dénuée d'émotions...

Citation Pollar

"A quoi penser ce soir avant de commencer ce livre inexistant ancré dans notre corps ? Je rêve de mourir rapidement, tu rêves d'avoir le temps de terminer ce que j'ai commencé."

Posté par SophieSonge à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12 septembre 2018

"La rose et le bourreau" de Patrick Pesnot aux Éditions l'Archipel

La rose et le bourreau

 

"La rose et le bourreau" de Patrick Pesnot aux Éditions l'Archipel

Patrick Pesnot : Un roman séduisant

 

La rose et le bourreau

Cancale, milieu du xviiie siècle. Orpheline de mère et fille de capitaine, Julienne ne supporte plus sa marâtre. Résolue à changer de vie, elle décide un jour de couper ses cheveux, en le les vêtements de son frère et se fait appeler… Henri.
En route vers Paris, la garçonne vit d’expédients, dort à la belle étoile et se fait connaître de la maréchaussée en laissant pour mort un aubergiste émoustillé par son androgynie… Elle est recueillie par un jeune abbé aussi bon qu’avenant. Arrivée à Paris, à court de ressources, elle cède aux avances d’un sergent recruteur qui l’engage dans l’armée du roi sous le sobriquet de « Sans-Souci ». La voilà engagée dans la campagne de Bohème, à travers Vosges et Forêt-Noire...

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis Pollar

Milieu 18ème siècle, Cancale : Julienne au caractère affirmé et indépendant décide de quitter son foyer sur une dispute de trop avec sa belle-mère. Désormais, elle se fait appeler Henri et va au-devant de bien des aventures...

Patrick Pesnot nous propose ici un roman historique, sous le signe de l'aventure, de la liberté. Il y a quelque chose d'insolent, d'exaltant dans ce récit qui nous fait vivre d'intenses émotions.

On aime par-dessus tout le personnage de Juliette impétueux, vif, curieux. Il y a chez elle, une attraction sensible qui aimante ceux qui la frôle, la devine. Intelligente, elle brille par sa capacité à se fondre dans le décor, à s'adapter. Son chemin est semé d'embûches, de souffrance, de mort, de passion. Travestie en homme, elle jouit des charmes des deux sexes avec une infinie sensualité et une décontraction totale. Julienne est contrastée mais entière. Capable de se battre, de tuer, d'infliger des sévices, toujours consciente de ses actes et bien pourvue de sentiments. Julienne est désirée, désirable et profondément humaine. Loin des siens, elle s'émancipe, se cherche, s'expose, grandit...

Sa vie est secrète, mystérieuse, outrageante peut-être, mais surtout affranchie, exceptionnelle. L'écriture est fluide, enveloppante, romancée mais pertinente. Au cours de notre lecture, on se laisse convaincre, séduire pour petit à petit lâcher-prise.

Avec Julienne, on voyage, on éprouve, on s'égare avant de retourner sur ses pas. Un roman virevoltant, dangereux aussi passionnant que passionné. À découvrir absolument !

Citation Pollar

"Elle avait l'impression que sa vie défilait sans qu'elle pût la maîtriser. Elle errait, tel un bouchon sur la vague, se laissant ballotter au gré de ses rencontres et de ses déambulations. Mais n'en était-il pas ainsi depuis qu'elle avait fui la maison paternelle ?"


 

Ce que je retiens

Une héroïne forte, libre, séduisante. Un récit fiévreux, volcanique.

 

Petit bémol

La romance omniprésente qui dévore Julienne au détriment de sa volonté, de sa raison et d'elle-même.

Bandeau - La rose et le bourreau

Posté par SophieSonge à 01:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 septembre 2018

"La fille du maître de Chai" de Kristen Harnisch aux Éditions l'Archipel

Chai

 

"La fille du maître de Chai" de Kristen Harnisch aux Éditions l'Archipel

Kristen Harnisch : Une fresque inoubliable

 

La Fille du maître de chai

1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, où la famille exploite un vignoble.
À la suite du décès de son époux, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine à une famille de négociants, les Lemieux, dont le fils aîné épouse Lydie.
Mais une nouvelle tragédie oblige les deux sœurs à quitter la France. Sarah, qui n’a pas abandonné son rêve de devenir viticultrice, gagne la Napa Valley, en Californie.
Sur place, elle fait la connaissance d’un certain… Philippe Lemieux, qui s’est lui aussi lancé dans l’aventure viticole.
Les deux Français décident d’associer leurs talents. Mais les affaires et l’amour peuvent-elles faire bon ménage ? D’autant que Sarah cache un indicible secret…
Dans la lignée des romans de Tamara McKinley et Sarah Lark, le destin d’une jeune femme courageuse qui n’a d’autre choix que l’exil pour réinventer sa vie.

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis Pollar

1895, pour Sarah la perte de son père signe également le renoncement au domaine familiale viticole. Contrainte de partir pour la Californie, elle ne perd jamais espoir de vivre de sa passion et de reconquérir un jour son héritage perdu...

C'est un destin exceptionnel que celui de Sarah, qui rencontrera très tôt tous les obstacles. On s'éprend très vite de sa personnalité toute fraîche et cependant très affirmée.

On sent très vite que cette "petite" sait ce qu'elle veut, n'a pas peur de le dire et n'a pas froid aux yeux. Loin d'être fragile, elle prend sa vie en main et celle de ses proches quand les circonstances l'exigent. Elle créé la sympathie autour d'elle, force le respect. Son parcours est atypique, cicatriciel. On aime la romance interdite qui la lie avec Philippe et on se laisse emporter par elle...

L'écriture est enlevée, passionnée et décrit l'univers des vignes avec précision. Notre cœur est malmené, subit des secousses tout au long du roman, sans aucun moment de flottement. Sarah nous émeut jusqu'au bout par sa ferveur, son absence de calcul, sa spontanéité. Les épreuves se succèdent, l'exil apparaît nécessaire, comme une question de survie. Sarah porte ses secrets enfouis au plus profond d'elle-même jusqu'au jour où l'amour, la vie prend le dessus.

On est submergé par l'émotion qui se dégage, cette atmosphère délicate qui complique tout.

C'est un récit-tiraillement où l'émotionnel domine. Une histoire exceptionnelle, un très bon cru.

Citation Pollar

"Elle se rendit compte, ainsi là sous la figure de Sarah Landry, qu'elle tenait les rênes de sa propre vie. Tant qu'elle garderait cachée sa véritable identité, elle serait libre de faire ce que bon lui semblerait dans ce coin du monde."

 

Ce que je retiens


Un destin de femme courageux. Une romance interdite, un environnement, un terroir à couper le souffle.

Petit bémol

Un déroulement dont on devine les aboutissements, une fin attendue, convenue.

 

Bandeau - Chai

07 septembre 2018

"Le temps d'une île" de Thierry Clech aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Le temps d'une ile

 

"Le temps d'une île" de Thierry Clech aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Thierry Clech : Une jolie plume

 

 

Le temps d'une ile

Qui, à travers le temps, a contemplé cette île à l’horizon ? Qui, il y a un siècle, 300 ans ou plus d’un millénaire a arpenté cette côte, a foulé cette plage ? Des anonymes, des personnages célèbres ? Qui y est né, qui y est mort ? Dans quelles circonstances ? Des hommes s’y sont entretués et des couples s’y sont embrassés. Certains y ont laissé des regrets. D’autres ont pu y infléchir leur destin.

Thierry Clech a imaginé quelques-unes de ces vies, de l’âge de pierre jusqu’au siècle futur, offrant ainsi une surprenante histoire de l’humanité.

http://ateliershenrydougier.com

 

Mon Avis Pollar

Au départ, il y a une île dans toute sa substance, dans son insolente intégrité ; puis vient la faune et cette mystérieuse humanité. Du commencement à la fin, l'île se raconte à travers les époques et le regard profond, brûlant de ses contemporains...

Avec "le temps d'une île", Thierry Clech nous subjugue, nous étonne. On traverse avec lui les grands courants d'histoire qu'ont vécus les hommes, au milieu d'un point défini qui est l'île.

L'écriture est belle, puissante, passionnante et on se laisse imprégner par les mots. Les narrateurs se succèdent, laissant une empreinte de leur histoire, du patrimoine existant, évoluant. C'est un voyage chronologique, curieux, documenté, imaginé qui se joue entre le réel et le fictif. La métamorphose se passe à la vitesse éclair à l'image d'une vie. Y défilent, les hommes emportés entre guerres et passions, soustraits à leur quotidien. On est ébloui par la force des éléments, la beauté du site, la magie et la poésie qui s'en dégage. Le destin du lieu est lié à l'activité humaine de manière incontrôlable, inéluctable.

On se laisse happer par les flots de condensés d'aventure, et on en éprouve à la fois la mesure... Il y a un constat doux-amer à observer, vivre et perdre quelque chose de merveilleux et que l'on a cru acquis. C'est peut-être l'occasion d'une réflexion, d'un recul à l'échelle d'un point précis à observer...

Ici, on vit, on meurt, on guerroie, on vibre dans une course folle après le temps.

Et on ne nous épargne pas, le temps s'en va, s'enfuit pour ne laisser qu'une trace discrète, enfouie...

Citation Pollar

"La Terre, me dis-je, était-elle autre chose que la somme des souvenirs que les humains y avaient laissés ? Et où était la vérité d'une vie ? Au début ? À son milieu ? Ou à l'approche de sa fin ? Et s'il n'y avait plus de fin ?"

 

Ce que je retiens :
Une écriture sublime, des chapitres qui s'adaptent instantanément aux moments qu'ils racontent. Ici, on va à l'essentiel.

Petit bémol : 

Concis mais pas assez précis. On aurait juste envie de s'attarder plus, creuser un peu plus l'environnement, les personnages...

Bandeau - Le temps d'une ile

Posté par SophieSonge à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2018

"A fleur de peau" de Saverio Tomasella aux Éditions Leduc.s

A fleur de peau

 

"A fleur de peau" de Saverio Tomasella aux Éditions Leduc.s

Saverio Tomasella : Un roman tout en douceur

 

 

À fleur de peau

À fleur de peau - Le roman initiatique des hypersensibles - Saverio Tomasella (EAN13 : 9791028508500)
Livre papier : format 150 x 210 ; 224 pages : 15,00€
eBook (livre numérique) [ePub + Mobi/Kindle + PDF] : 5,99€

 

Mon Avis Pollar

À la trentaine, Flora ne comprend pas ce qui lui arrive, tout l'atteint très vite et profondément. Pour aller mieux, elle va devoir prendre conscience d'elle-même et apprendre à apprivoiser sa vulnérabilité pour en faire une vraie force.

Avec Flora, on découvre une personnalité enfouie sous des strates bien dissimulées et qui ne demandent qu'à se dévoiler, s'exprimer. Au fil des années, Flora s'est oubliée pour donner à l'Autre ce qu'il attendait...

C'est la rencontre avec le yoga, la méditation qui vont révolutionner son petit univers, lui faire changer sa vision des choses, pour s'ouvrir à elle-même et à la vie. On la suit avec attention dans son cheminement qui nous touche. Son réveil est lumineux, ressourçant. On intériorise son changement avec beaucoup de réflexion et d'émotion.

L'écriture est fluide, agréable et glisse toute seule. On se laisse volontairement guider vers un état de conscience plus libre, plus vrai. Petit à petit Flora se dévoile, prend confiance, ose et va de l'avant. Dans un déroulement qui lui est propre, elle explore les possibilités qui lui sont offertes pour ne retenir que ce qui lui convient. Et ça marche !

C'est un roman sur l'hypersensibilité, bien construit, une excellente définition. Avec Flora, on fait un très beau voyage, à la fois tendre et puissant. On ouvre des portes, on visualise de pistes, et on a envie comme elle, de se libérer !

 

Citation Pollar

"Perdre mon temps ? Bien au contraire ! Il m'a fallu plus de trente ans pour le comprendre, mais maintenant, je sais que le meilleur moyen d'avancer est justement de m'accorder du temps pour faire le point."

 

Bandeau - A fleur de peau

Posté par SophieSonge à 01:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


04 septembre 2018

"Le crépuscule des ronces" de Michel Philippo aux Éditions Marivole

le crepuscule des ronces

 

"Le crépuscule des ronces" de Michel Philippo aux Éditions Marivole

Michel Philippo : Un roman sensible

 

Auteur : Michel Philippo
Format : 140 x 225 mm - 144 pages 17,90 €
Le Crépuscule des ronces Deux couples, deux histoires parallèles qui disent les trahisons, les échecs et les fêlures de nos vies ordinaires ; deux récits qui s'imbriquent et se superposent, témoignant par cette architecture de la tragique complexité des rapports humains.

http://marivole.fr


Mon Avis Pollar

Un romancier tourmenté par ses personnages, sa vie personnelle, va à la rencontre d'un ami, de sa maladie pour aller à la quête de vérité, de l'essentiel...

Tout le talent de ce roman repose dans les mots, la finesse et la puissance de ce qu'ils expriment. On est pris dans ce tumulte de vie qui dit le déclin, la rupture, le chagrin.

Dans un contexte qui transpire le délitement, l'amitié est une valeur sûre, celle à laquelle on se raccroche. La réalité se superpose à la fiction, s'enlaçant, s'embrassant, se répondant dans l'indicible évidence du temps qui passe.

L'écriture fait le reste, habile, maîtrisée, fluide. Elle nous surprend par son élégance, sa poésie subtile. Fanch et Mike ont dépassé le stade des secrets, de la pudeur. Ensemble, ils vont réaliser le voyage ultime, la conquête d'un bonheur idéal, tactile, indispensable. Impossible de ne pas se suspendre à cette réalité, de la ressentir profondément et d'être ému par elle. Entre eux, rien ne s'oppose, tout s'impose à eux même. Leur dialogue est évident, pur, magnifié par le verbe, la plume vibrante, inspirante, inoubliable.

Ce qui reste : les affinités, les liens, l'énergie, la capture des mots...

Citation Pollar

"Nous avons tout écrit. Chacun sait l'autre aussi bien que soi-même."

 

Bandeau - le crepuscule des ronces

Posté par SophieSonge à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 août 2018

"L'étrange univers du schizophrène" de Sophie Chrizen aux Éditions Les Chemins du Hasard

Maladie

 

"L'étrange univers du schizophrène" de Sophie Chrizen aux Éditions Les Chemins du Hasard

Sophie Chrizen : Plongeon en pleine conscience

 

L'étrange univers du schizophrène

Sophie Chrizen est l'anagramme de schizophrénie. A la suivre attentivement pendant les vingt ans qu'elle a mis à guérir de sa schizophrénie, on n'aurait pu qu'être frappé par la relation extravagante qu'elle entretenait avec sa psychiatre. Ce personnage de roman, à la double personnalité, va se croire tour à tour la malade et la soignante.

https://lescheminsduhasard.com

 

Mon Avis Pollar

Sophie ne sait pas ce qu'il attend à la suite d'un simple repas de famille, et pourtant, c'est l'identité de son "monde" qui est remis en question. Plus qu'une maladie, une étiquette qu'elle aura bien du mal à porter...

Ce roman éclaire sur une maladie psychique, peut-être un peu dérangeante, voire inquiétante pour certains. On y retient les symptômes hallucinogènes, le décalage avec le réel, l'isolement, la médication.

C'est un univers déroutant dans lequel on trempe avec des pincettes, de peur peut-être d'y perdre pied. Il y a une énergie, une intelligence à décrire deux mondes distincts qui s'opposent et pourtant se confondent. L'écriture est sensible, fragile et pointilleuse, elle nous révèle les dissonances avec une gravité cuisante, parfois cassante. Et puis, on y voit la mise en scène, le prisme déformant, écartant un peu la différence, la "folie".

On est au cœur des sensations avec ce roman qui nous entraîne plus loin que la maladie, vers un chemin de l'individu, de son intériorité projeté vers l'Autre...

Un reflet à décoder, déchiffrer derrière les lignes, au plus profond de la psyché. La schizophrénie vous ouvre les portes de cette terre inconnue... 

Citation Pollar

"Le contact des êtres humains était devenu néfaste. Mais je n'étais pas accoutumée à ma solitude, qui me pesait tout autant. Je n'entrevoyais aucune solution, aucun chemin, aucune échappatoire. La consultation ne m'aidait pas, je m'enfonçais."

A propos de l'auteur Pollar

 Sophie

23 août 2018

"Bientôt viendront les jours sans toi" de David Trueba aux Éditions Flammarion

Les jours sans toi

 

"Bientôt viendront les jours sans toi" de David Trueba aux Éditions Flammarion

David Trueba : Un roman électrosensible

 

Bientôt viendront les jours sans toi de David Trueba - Editions Flammarion

Le musicien Dani Mosca a 40 ans à la mort de son père, avec qui il a toujours entretenu une relation houleuse. Un an plus tard, il décide contre toute attente de ramener son cercueil dans son village natal, au nord de l’Espagne. Ce voyage, autant physique qu’intérieur, va lui réserver bien des surprises.

https://editions.flammarion.com

 

Mon Avis Pollar

Dani Mosca a quarante ans quand il décide de ramener la dépouille de son père dans son village natal, au nord de l'Espagne. Un voyage pendant lequel il va faire son deuil bien sûr, mais sans doute un peu grandir aussi...

C'est lorsqu'on rencontre la mort que l'on ne pense et ne parle jamais autant de la vie, et de toutes les choses qui la composent. Avec ce roman, on est dans l'expression pur, le jaillissement des émotions.

Les souvenirs affluent en tous sens, de manière désordonnée, intempestive, sensible et jouissive. Dani Mosca, le narrateur, va à la source, nous raconte avec une lucidité éprouvée ses années bohèmes, en conflit permanent avec ce père sans doute un peu pudique, un peu secret. On évoque ici l'amour, la musique, la sexualité, les ruptures dans un paradoxe éloquent, maîtrisé.

L'aventure est dense, l'écriture emprunte un monologue lent, sensuel, sensitif qui remplit le vide, l'absence et qui sonne l'heure des bilans. Il y a quelque chose de puissant, d'intérieur, de désespéré. Les rencontres sont marquantes, humaines, déterminantes. Elles nous aspirent dans un tourbillon, nous questionnent, nous projettent.

Avec ce roman, on est à la fois spectateur et témoin intime des années passées, envolées. La nostalgie nous emporte à travers ce voyage exubérant, transgressif et formateur.

Peu importe la place à prendre, l'ivresse est bien là, réelle, palpable et laisse une empreinte inoubliable...

Citation Pollar

"La vie est difficile à organiser, mais parfois elle s'organise toute seule de manière délicate, avec une logique effrayante, aussi parfaite qu'émouvante."

 

Bandeau - Les jours sans toi

02 août 2018

"L'escorte-lune" de Brice Milan

Escorte Lune

 

"L'escorte-lune" de Brice Milan

Brice Milan : Une histoire grave et poétique

 

Benjamine d’une fratrie de quatre enfants, Crevette entre dans une sorte de transe à chaque nouvelle nuit de pleine lune depuis la disparition de son père pilote d’essai. La gamine rêve d’atteindre la lune, car elle croit que l’avion de son père s’y est écrasé, ce qui expliquerait pourquoi les enquêteurs n’ont jamais retrouvé les débris de la carcasse...

https://a.wattpad.com

 

Mon Avis Pollar

Stella huit ans, alias Crevette souffre beaucoup de la disparition de son père pilote, égaré en vol. Cette enfant intellectuellement précoce issue d'une famille de quatre enfants plonge dans un état d'extrême mélancolie à chaque pleine lune, elle rêve secrètement à de magiques et sublimes retrouvailles...

Il y a quelque chose de mystérieux, de séduisant dans ce roman que l'on reconnaît instantanément dès les premières lignes. On est sensible à l'écriture de Brice Milan, véritable conteur.

L'écriture est belle, choisie, poétique. On est partagé entre l'envie de dévorer le récit ou ralentir pour le faire durer. On parle ici de difficultés inhérent aux adultes, de secrets obscurs, emmitouflés au regard des rêves d'enfant. Les péripéties sont nombreuses, l'auteur nous promène et nous retient en semant ses petits cailloux.

Stella nous attendrit, nous émeut, on aimerait la protéger, l'écouter, la réconforter. On se sent petit à petit plus proche d'elle avec l'objet d'une responsabilité filante, lourde à porter. Les univers se télescopent, s'étranglent dans une atmosphère sensible, pesante. Un personnage récurrent prend de l'importance, intrigue, provoque, surprend par son volte-face.

On est pris par les émotions, elle nous captive, nous capture et nous laisse orphelin et juste sans voix... On passe un moment inoubliable, fragile, aussi intense qu'incertain...

Citation Pollar

"Reniflant, Crevette ouvrit grand la fenêtre, repoussant vivement les volets croisés. Le quartier de lune captivait son regard envieux, offrande dérisoire à sa tristesse. Elle s'assit sur le rebord, les jambes pendantes, impatiente de contempler la nouvelle pleine lune. Elle en était sûre et certaine : la prochaine fois qu'elle apparaîtrait, Daddy se manifesterait."

 

Bandeau - Escorte Lune

Posté par SophieSonge à 21:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

31 juillet 2018

"I.R.L" de Chris Auguste aux Éditions de la Caravelle

irl-chris-auguste

 

 

"I.R.L" de Chris Auguste aux Éditions de la Caravelle

Chris Auguste : Un roman sensible

 

 

irl-chris-auguste

Editions de la Caravelle | IRL

A quinze ans, Angela redouble sa seconde. Menacée par sa mère d’être envoyée dans le même lycée professionnel que son tortionnaire de frère, elle se réfugie dans l’écriture. Elle veut vivre de la littérature, mais pour cela, elle doit réussir son année. Sur un forum d’écriture qu’elle fréquente, Angela va trouver de l’aide en la personne de Petite-Fleur.

https://www.editionsdelacaravelle.com

Mon Avis

Angela 15 ans, subit une ambiance familiale pesante et conflictuel alors qu'elle trouve refuge dans l'écriture. Peu encline à se confier, c'est son intronisation dans un forum de discussion qui pourrait tout changer...

C'est un roman qui nous rapproche des émotions et des difficultés d'une jeune adolescente. Angela est discrète, peu sûre d'elle, elle intériorise beaucoup et garde ses blessures au fond d'elle-même.

L'auteur décrit un climat de tension extrême au sein d'une famille qui ne se comprend pas, et ne communique plus. L'écriture est très fluide, extrêmement vivante, on se sent au cœur de l'action. On est ému par la situation d'Angela, elle nous touche, elle nous bouleverse. On souffre avec elle, on éprouve de la peine, il y a des moments durs, tendres, intenses qui nous marquent, qui nous portent. On aime l'espoir qui fait naître la complicité d'une amitié créée sur le net. Au fil des échanges, des liens se tissent et se confirment. Angela se révèle, prend confiance en elle, mais également conscience de sa valeur et se libère petit à petit du poids qui pèse sur ses épaules. Tout se passe comme si le virtuel transcendait le réel avec douceur et persuasion.

Ce roman nous fait passer un moment agréable, et amène de l'espace dans le quotidien parfois un peu compliqué de jeunes gens perdus ou éprouvés. Je recommande !

 

Citation

 "J'ai juste envie qu'on me laisse tranquille, c'est peine perdue, inutile d'insister. Je ne serai jamais une scientifique. Je préfère les mots. Jamais, ils ne m'ont trahie,eux."

 

Posté par SophieSonge à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,