02 octobre 2018

"Mantis Religiosa" de Katell Curcio

Mantis

 

"Mantis Religiosa" de Katell Curcio

Katell Curcio : Un roman terrifiant

 

Mantis Religiosa - Katell Curcio

Nael, Brice et Richard se connaissent depuis l'enfance. Pendant trente ans, ils ont bâti une relation fraternelle. Nael et Jade forment un couple harmonieux. Richard se partage entre sa fille et son travail. Brice enchaîne les conquêtes qui l'éloignent, bien malgré lui, de son rêve d'une vie à deux. Tous les trois imaginaient avoir parcouru d'innombrables choses. Jusqu'au jour où Sylvia s'immisce dans la vie de Brice. Certaines révélations vont outrepasser toutes les suspicions. Les langues se délient, les regards changent, les sentiments s'égratignent. C'est le début d'une spirale infernale. Cette amitié indéfectible résistera-t-elle à cette valse des non-dits ? Que vont découvrir les protagonistes de cette histoire ? Quand machiavélisme et illusion ne font qu'un, n'importe qui peut être capable du pire…  

https://www.librinova.com



Mon Avis Pollar

Nael, Richard et Brice sont amis depuis l'enfance. Ensemble, ils ont vécu des moments de complicité inoubliable tandis que la vie suivait son cours. Jusqu'au jour où l'arrivée de Sylvia dans la bande, rien ne serait désormais, plus jamais comme avant...

Il y a dans ce roman, un mal latent qui s'installe insidieusement. Tout se passe du point de vue de Nael qui nous confie son histoire : le trio qu'il a formé avec Brice et Richard, de leurs fêtes, de leurs errances, de leur intégration dans le milieu professionnel à leurs conquêtes féminines.

Leurs rapports ont toujours été francs jusqu'à l'introduction de la compagne de Brice qui sème petit à petit le trouble, la distance, le conflit permanent. Sylvia cache une personnalité perverse, maladive. Elle éprouve un besoin de contrôle pour tout ce qui l'entoure et ne supporte pas de perdre la face. Son personnage instaure sa loi, ses commandements et effrite les relations tout autour d'elle. Brice ne se rend pas compte de son jeu, lui trouve des excuses, s'éloigne de ses proches. On a affaire ici à une prédatrice, une manipulatrice, une femme dangereuse...

L'écriture est habile, elle sait inquiéter et ménager le suspens. On se laisse ici confondre dans une descente aux enfers aussi perturbante que choquante.

Trop de mensonges, d'abus, de coups bas quand ils se dévoilent un à une, la faute est irrattrapable, impardonnable et le retournement de situation brûle les doigts. Un récit précipitant, douloureux et terriblement efficace.

 

Citation Pollar


"Un simple regard suffisait pour que nous nous comprenions. Nous n'avions plus rien à nous prouver. Non, rien. Nous étions comme des frères, liés depuis toujours. Cependant, certaines rencontres sont capables de briser les relations saines. Elles s'apparentent à un ver dans une pomme. À une méchante gangrène qui se propage et qui diffuse son mal. C'est un poison, un véritable poison..."

 

Ce que je retiens


Un récit psychologique qui met du temps pour se mettre en place. Un roman intelligent, travaillé.

Petit bémol


On en voudrait plus sur l'enfance de Sylvia ou son histoire pour comprendre sa psyché.


30 août 2018

"Incontrôlable" de James Patterson et David Ellis aux Éditions l'Archipel

Incontrolable

 

"Incontrôlable" de James Patterson et David Ellis aux Éditions l'Archipel

James Patterson et David Ellis : Dangereux et survolté

 

Incontrôlable

Le cadavre d’une très belle femme
 
Ben Casper n’aurait jamais imaginé retrouver le corps de Diana, sa meilleure amie, une agente de la CIA, au pied de son immeuble. Elle se serait jetée par la fenêtre de son appartement. Suicide. Affaire classée.
 
Retrouvé au bas de son immeuble
 
Pourtant, Diana, dont Ben était secrètement amoureux, n’avait a priori aucun motif d’en finir avec la vie… Journaliste d’investigation, Ben pressent qu’on a cherché à la faire taire.
Peut-il mettre La maison blanche en danger ?
 
Bientôt, il va mettre au jour un complot qui pourrait impliquer les plus hautes instances du pouvoir. Mais, à trop approcher la vérité, c’est sa propre vie que Ben met en danger. Certains secrets ne doivent pas être ébruités…


http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis Sang

Ben Casper stupéfait par la mort de Diana, agente de la CIA, ne semble pas croire à son suicide. C'est quand il décide de creuser plus loin qu'il met les pieds dans quelque chose qui lui échappe et de dangereux...

Tout débute par un suicide, à moins que cela soit une mise en scène ?

Ben Casper se pose très vite beaucoup de questions. Pourquoi ?

Était-elle menacée ? Par qui ?

C'est le début pour lui d'une traversée du désert qui n'en est qu'à son commencement.

Sur son chemin, de la peur, du risque, une escalade dans les émotions. C'est à la fois haletant et totalement incontrôlable. Ben est un peu à part et nourrit son aventure de digressions cinématographiques plus ou moins inattendues. En parallèle, on réalise que le passé de Ben cache de douloureux secrets. Le récit va du cent à l'heure, les soupçons s'accumulent, les éléments gênants sont un à un écartés.

L'écriture est rythmée, précipitée et ne laisse que peu de temps pour souffler. On s'accroche à du lourd, à du chantage, à un complot politique. Ben a le don de se mettre en mauvaise posture pour notre plus grand plaisir de lecteur. Il y a des vérités qui ne sont pas toutes bonnes à connaître, quand il est question de protéger sa peau...

Un roman périlleux, divertissant et plein de surprises. James Patterson reste un maître en matière de suspens, c'est indéniable !

 

Citation Sang

"Un meurtre peut être maquillé en suicide, un suicide maquillé en meurtre."

 

Bandeau - Incontrolable

16 juillet 2018

"Sous terre, personne ne vous entend crier" de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp

Personne

 

 

"Sous terre, personne ne vous entend crier" de Gilbert Gallerne aux Éditions French Pulp

Gilbert Gallerne :  Un thriller magistral

 

Sale journée pour le commissaire Jonzac. L’interpellation du Serbe a mal tourné. Un de ses hommes est à l’hôpital entre la vie et la mort. Tension au 36…

On l’appelle pour un meurtre dans les catacombes. La jeune fille à ses pieds est salement mutilée, à moitié dévorée. 

Sa nièce. Pour lui, la descente aux enfers commence…



Mon Avis Pollar

À l'approche de la retraite, rien ne semble épargner le commissaire Jonzac, touché de très près par un assassinat sorti tout droit de l'enfer...


Ce roman nous précipite vers quelque chose de sombre et malsain. D'un côté, un tueur tapi dans l'ombre, qui a pour domaine la vie souterraine. Son histoire est liée à un meurtrier en série dont il vénère la mémoire depuis plus de vingt ans. De l'autre côté, un commissaire en fin de carrière que son passé est sur le point de rattraper.

Entre eux, l'heure des comptes à sonné et la partie de cache-cache ne fait que commencer. D'entrée de jeu, on est sensible à la situation de Jonzac, captif de ses drames personnels, et pourtant toujours fonceur, éternel cavalier solitaire. Il ne lâche rien, même quand il se voit destitué de l'enquête. Son énergie, sa curiosité, son entêtement, le guide vers le tueur et bien d'autres secrets. L'écriture est rythmée, sensible, provocatrice. Elle nous maintient en éveil, nous stimule au fil des pages.

Il y a une froideur, du malsain dans les scènes de crime, quelque chose d'étrange, de surréaliste, monstrueux. Le nœud du drame se situe dans le désir d'expression, de vengeance. Il y a des choses trop intimes, trop marquantes pour qu'elles passent et demeurent une vie sous silence. Jonzac réveille, révèle l'invisible aux yeux de ceux qui ne voient que le perceptible, le joué...

Ce roman tient en haleine, choque, perturbe, surprend et encore vous n'avez pas tout vu !

 

Citation Pollar

"Après cela, si le commissaire Jonzac ne perçoit pas le message et ne décide pas de revenir sur l'enquête, il ne voit pas ce qu'il pourra faire d'autre pour attirer son attention. Mais il a confiance. Les dieux des ténèbres sont avec lui. Jusqu'à présent tout s'est bien passé. Il se joue de la police et de ceux qu'il poursuit. Il est le plus fort. Il est chez lui. Dans son royaume."

 

Bandeau - Personne

29 juin 2018

"L'Ex" de Sophie Aubard

L'ex

 

"L'Ex" de Sophie Aubard

Sophie Aubard : Un récit redoutable

 

L'ex

L'EX
Alors que toutes les fées semblaient s’être penchées sur son berceau, Bertille a choisi d’épouser le diable. Aux yeux de tous, il est l'homme parfait. Mais à la maison, il montre son vrai visage et l'emprisonne dans une relation toxique. Chargée de mener un plan social en Belgique, Bertille rencontre Gaspar dont elle commence à tomber amoureuse. La pression de son mari qu'elle surnomme l'Ex s'accentue.
Bertille arrivera-t-elle à se défaire des griffes de son époux pervers ?

https://www.amazon.fr

 

Mon Avis Pollar

Bertille a épousé l'homme aux deux visages et le regrette amèrement. Lasse de jouer la comédie et fraîchement amoureuse d'un collègue de travail, elle décide de mettre un terme à son mariage et de ne plus tout accepter...


Quand on plonge dans la vie de Bertille, on a du mal à se rendre compte, à comprendre comment une femme comme elle, brillante, intelligente a pu se laisser "endormir" par son mari, le père de ses enfants.

L'ex est un personnage sournois, manipulateur, capable de décortiquer, d'analyser, de compresser, de divulguer, de retourner toutes les informations qui lui passent sous le nez. Il ruse, trompe son monde de manière insidieuse. C'est un caméléon, un comédien, un maniaque, un obsessionnel, j'en passe... Son comportement nous met mal à l'aise, nous crispe, nous fige. On a mal pour Bertille qui s'est longtemps enfermée dans un silence de façade, et on se dit qu'elle a eu tort, qu'elle lui a ainsi donné raison. Leur relation est chirurgicale, malsaine et se nourrit de contradictions.

Sophie Aubard réussit à nous divulguer par petites touches, l'atmosphère trouble, perverse, étouffante. L'ex use de tous les vices, de tous les stratèges psychologiques pour avilir, réduire le sujet à l'état d'objet. Bertille ne manquera pas de force, d'appoint ou d'humour pour contrer toutes ces attaques aussi basses que déloyales. L'écriture est fluide, bien amenée, elle nous amène toujours plus loin voulant creuser, greviller, crever l'abcès.

On ne veut pas savoir si Bertille va se détacher de cette emprise, mais comment elle va s'en sortir... Parce qu'il ne peut en être autrement !

 

Citation Pollar

"Une violence insidieuse orchestre notre couple, je la maîtrise avec mes illusions, mes trompe-l'oeil, mes trompe-coeur, je me trompe sur ma vie, je me trompe de vie. J'espère ou je désespère que tout finisse par s'arranger, parce que je ne veux pas faire de peine à mes enfants et à ma famille. L'Ex le sait, en joue, spécule sur le cours du mal qui ne cesse de grimper."

 

Posté par SophieSonge à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

22 juin 2018

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

La perfection du crime

 

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

Helen fields : Un roman infernal

 

La perfection du crime | Editions Marabout

Un voyage glaçant d'effroi dans l'esprit tourmenté d'un serial killer ! Perdu dans une région montagneuse isolée, un corps se consume. Seules des dents et un fragment de vêtement permettent d'identifier les restes carbonisés de l'avocate Elaine Buxton. Dans une pièce dissimulée aux yeux de tous, dans une grande maison d'Edimbourg, la vraie Elaine Buxton hurle dans le noir. L'inspecteur Luc Callanach vient juste de prendre ses fonctions quand l'affaire de la disparition d'Elaine est requalifiée en meurtre. Ayant abandonné une carrière prometteuse à Interpol, il tient à faire ses preuves aux yeux de sa nouvelle équipe. Mais le meurtrier a couvert ses traces avec un soin tout particulier. Bientôt, une autre jeune femme disparaît, et Callanach se trouve embarqué dans une course contre la montre. Du moins le pense-t-il...  Le véritable sort des deux femmes se révélera être bien plus terrible tout ce qu'il pourrait imaginer.

https://www.marabout.com

 

Mon Avis

L'inspecteur Luc Callanach est dépêché sur la disparition d'Elaine, avocate. Tout pousse à croire, qu'elle ait été victime d'un meurtre terrifiant. La vérité est encore plus lugubre et inimaginable...


Ce roman nous plonge dans l'insondable horreur, le crime et la noirceur dans ce qu'ils ont de pire et calculé. On sent très vite quelque chose de dérangeant chez ce meurtrier qui va bien au-delà du vice, de la violence.

Impossible de ne pas être mal à l'aise devant les scènes de perversion, d'humiliation qui enflent au cours de ce récit. Luc et sa coéquipière Eva, glissent vers quelque chose de retors qui leur échappent. On aime leurs failles, leur côté un peu cassé et indéniablement humain. Leurs confidences échangées nous en apprennent beaucoup sur eux-mêmes et nous les rendent attachants.

L'écriture de l'auteur est intelligente, sensible et bien dosée. On est effrayé, stupéfait par la personnalité et le profil recherché. Les mises en scène de crime de façade brouillent les pistes auxquelles s'ajoutent des menaces suffisamment discrètes pour être perturbantes...

Eva est en danger, l'intrigue débraye, s'emballe, s'enraye. On passe du préoccupant à l'incontrôlable sentiment que tout doit s'arrêter, et ce, quelle que soit l'issue.

Ce roman joue avec nos émotions, décortique nos peurs, nous rend vulnérable, dépendant... Et vous ne soupçonnez pas encore à quel point !

 

Citation

"Cet homme souhaitait que nous découvrions les corps. Il voulait que nous apprenions que ces femmes étaient mortes. Je ne suis pas certain de comprendre pourquoi."

 

Bandeau - La perfection du crime


21 juin 2018

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Un tueur en héritage

 

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Gilles Delmotte : Un roman survolté

 

Quatre milliardaires décrépis, un soldat viré, une orpheline gâtée, il n'avait pas fallu longtemps à Edgar pour comprendre qu'il s’était fait piéger. Fouiner dans les secrets des milliardaires ne pouvait que mal finir. Il ne manquait qu'un hacker prétentieux, un général zélé et un agent dégradé du FBI pour l'entraîner plus profondément dans cet enfer. À bien y réfléchir, se terrer dans un village abandonné n'était pas une si bonne idée…

Sur leur déclin, les hommes qui le traquent s'acharnent à récupérer leur secret volé. Mais celui-ci dévoile bientôt les fractures du passé qui les font trembler. Les contours de la vérité se dessinent dans les flammes de leur colère, ou n'est-ce qu'une nouvelle trahison qui finira par les perdre tous ?

http://www.polarspavillonnoir.com

 

Mon Avis Sang

Edgar est un ex-militaire et un piètre avocat quand on le charge d'une mission un peu particulière et grassement rémunéré... Il ne tarde pas à découvrir avec l'orpheline, avec qui il est en fuite, qu'ils sont tombés dans un piège dangereux...


C'est un récit immédiat, incisif, percutant que nous propose l'auteur. L'intrigue passée, l'action prend rapidement la relève pour ne jamais plus nous quitter.

Lara et Edgar sont traqués par des hommes tout-puissants et de surcroît bien renseignés. Tous les deux ont un passé trouble et douloureux. Leurs premiers échanges sont frontaux, houleux, et ce qu'ils vont vivre va inévitablement les rapprocher. Dans cette course-poursuite haletante, on traverse des contrés des USA intéressantes, bien que clichés qui pimentent sans conteste l'histoire.

L'écriture est rythmée, vivante, ponctuée de nombreux dialogues. Il y a un côté très visuel, très punchy qui saute tout de suite aux yeux. On se laisse embarquer facilement, il n'y a pas de temps mort, et donc pas l'occasion de souffler. Impossible pour le coup de se poser trop de questions, de se projeter ou de s'inquiéter suffisamment de la situation. En un temps record, on avale ce roman qui cache bien des cadavres, des malversations...

Ce premier tome n'a sans doute pas encore tout dit, et on a très envie de poursuivre et de soutenir ce duo aussi improbable qu'attachant. À suivre !


Citation Sang

"Je ne sais pas dans quoi on a foutu les pieds tous les deux, mais ça sent les grosses emmerdes, ça, je peux te le garantir."

 

Bandeau - Un tueur en héritage

14 juin 2018

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Souvenirs effacés

 

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Arno Strobel : Un roman perturbant

 

L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne a travers le parc… Le coup sur la tête… A son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.
Étrangement, le médecin a son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.
Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’a son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
A qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?
Avec Souvenirs effacés, le thriller qui l’a propulse au premier rang des maîtres allemands du suspense, Arno Strobel signe un roman qui vous fera douter de tout, jusqu’au bout

 

Mon Avis

Quand Sibylle se réveille après deux mois de coma, elle ne pense qu'à retrouver son fils Lukas qu'elle croit en danger... Le retour à la réalité est étourdissant, confus pour elle, confrontée à ses proches qui ne la reconnaissent pas et réfutent son identité de mère...


On rentre dès le début du roman dans quelque chose de très étrange et dérangeant. On ressent un certain malaise à ce qui se dessine autour de Sibylle, habitée par des souvenirs prégnant qu'il ne semble pas lui appartenir...

Est-elle sous le choc ?

Est-elle en danger ?

Sur son chemin des hommes, une femme présents, prêts à l'écouter, à l'observer, la surveiller. À qui doit-elle faire confiance ?

On la suit sur les traces de son identité, à la recherche de preuves qui la conduirait vers elle, son fils et la vérité. L'écriture est nerveuse, sensible, électrique. Elle nous prend à cœur, nous donne des réactions en chaîne, épidermiques. On ne sait pas où aller, que penser tellement on s'oppose à des murs de contradictions.

On y parle d'expériences, de mensonge, de manipulation mentale. Il y a derrière les apparences, beaucoup de tricheries, de subterfuges dont on a du mal à s'extraire. C'est angoissant, saisissant : on est partagé entre la folie, la paranoïa, l'abomination...

Cette intrigue nous pousse très loin pour nous heurter, nous catapulter vers l'impensable, le doute, la peur de ne plus être soi, quand nos souvenirs s'effacent. Heureusement le cœur, le sang, le corps ont eux aussi leur mémoire...

Citation

"C'est sans espoir. Chaque minute que je passe ici est du temps perdu. Il faut que je parte avant de devenir folle et de me mettre à hurler. Partir, mais où ? Peu importe. Partir. Retrouver Lukas."

 

Bandeau - Souvenirs effacés

04 juin 2018

"Sous l'emprise de l'héroïne" de Cédric Castagné

Sous-l-emprise-de-l-heroine

 

 

"Sous l'emprise de l'héroïne" de Cédric Castagné

Cédric Castagné : Un thriller déroutant

 

Sous-l-emprise-de-l-heroine

Sous l'emprise de l'héroïne

Matias, qui n’a plus parlé à sa sœur Eva depuis un an, espère que les fêtes de fin d’année leur offriront l’occasion de renouer le fil de leur histoire… Ugo, quadragénaire à la réputation sulfureuse, part en Amérique du Sud pour tenter de tourner la page de son sombre passé… Dans une France gangrenée par la drogue, un enquêteur est désigné pour s’attaquer au fléau et casser l’omerta qui règne dans certains quartiers… Des histoires sans liens évidents. Mais les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Saurez-vous trouver ce que cachent les apparences ?

 

 

Mon Avis Sang

Trois tableaux différents se déroulent sous nos yeux avec pour toile de fond l'empire de la drogue. Tout est certainement lié, entre Matias, père de famille, Ugo trafiquant et Tiago, le flic chargé de démanteler le trafic. Reste à savoir, comment et dans quelles circonstances...


"Sous l'emprise de l'héroïne" est un de ces thrillers insaisissable, tendu et qui vous rend à la fois accro et à cran. Il y a une volonté d'intriguer, d'instaurer le mystère par esquisses, par strates, par implications.

L'auteur utilise tous les moyens pour ce faire, nous questionner, nous distraire. Des flash-backs nous aiguillent sur la psychologie des personnages, leur personnalité trouble et engagé. On ne comprend pas et on n'a pas d'autre choix que d'avancer dans le flou total.

L'écriture est fluide, habile, calculée, précise. Alors que nous sommes relativement perdus dans cette intrigue, on ne doute pas un seul instant qu'il y ait des connexions sensibles entre les différents éléments. Les secrets sont nombreux, complexes, multiples et ralentissent notre progression. Présent et passé s'entremêlent dans une danse qui nous déstabilise. On touche ici à l'intime, aux non-dits, au dissimulé, à l'affect. Ce sont toutes ces pièces imbriquées, qui sont impliquées et qui rejaillissent les unes sur les autres.

Le climat est nébuleux, éreintant. On se laisse influencer, ballotter jusqu'au bout de cette histoire qui s'éclaircit et prend tout son sens au final.

Accrochez-vous, ce roman vous essorera à deux mille tours !

 

Citation Sang

"Le visage de Tiago se métamorphose. La haine se lit dans son regard. Il déteste que la situation échappe à son contrôle. Il veut Vassiliev, et il fera tout pour atteindre son but. D'autres ont échoué avant lui, mais en son for intérieur, tiago est persuadé de pouvoir réussir. Toute sa vie, il a espéré résoudre cette affaire. Pour briller. Pour obtenir ce qu'il mérite. Pour ne pas finir comme son père."

 

Bandeau - Sous-l-emprise-de-l-heroine

31 mai 2018

"Le Chant clair des sirènes" René Pagis aux Éditions Marivole

Le-Chant-clair-des-Sirenes

 

 

"Le Chant clair des sirènes" René Pagis aux Éditions Marivole

René Pargis : Un récit douloureux

 


Jacques a toujours dit qu’un jour il partirait « Tout droit devant » conscient qu’il ne le ferait jamais. Pourtant, un jour, différent des autres, incapable de supporter plus longtemps une vie conjugale impossible, il part sous la pluie en direction du sud. À bout de force, il se réfugie dans une grande maison, chez Mathilde, une dame mystérieuse qui l’envoute et le prive progressivement de toutes ses défenses…

http://marivole.fr

 

Mon Avis Pollar

Jacques retraité ne supporte plus sa vie conjugale et décide un jour de partir, de se libérer du joug d'une épouse qui l'étouffe. Sur sa route, la liberté ne sera qu'illusoire et de courte durée...


Il y a quelque chose de lent et de dangereux dans cette intrigue qui nous conduit droit en enfer.

Cette porte que Jacques franchit pour ne plus se laisser imposer ou subir sa vie, va très vite basculer dans la sidération et le cauchemar.

L'ambiance est pesante, trouble, anxiogène, elle nous prend rapidement à la gorge et comme son personnage, on y est pris au piège. Il est question de séduction, de mirage, de manipulation. Jacques est confronté à ses manquements et à ses peurs, trébuche, s'enlise et s'abandonne.

L'écriture est fluide, prenante, efficace. On se laisse envahir par le sentiment d'angoisse, de stupéfaction pris dans cette affaire perverse et sordide. On se raccroche au soutien de quelques figures familiales, amicales ou sympathisantes. On veut croire au miracle, à l'éclosion de la vérité. Ce roman nous plonge à l'intérieur du vide, de la solitude dans un engrenage qui ne fait rien pour s'arrêter.

Diabolique et tentateur, n'entendez vous pas ce chant des sirènes qui vous appelle ?

Citation Pollar

"Il ne peut s'empêcher d'imaginer avec quelle rapidité elle l'a analysé, cerné, jugé alors qu'elle ne l'avait jamais vu avant. Lui, en revanche, après ce court séjour, n'en sait guère plus qu'à son arrivée. Qui est-elle ? Est-ce une fée ou une sorcière aux dons multiples et aux pouvoirs ravageurs ?"

 

A propos de l'auteur Pollar

René Pagis a franchi presque tous les grades de la gendarmerie avant une seconde carrière dans la justice. Juge d’instruction, puis juge des enfants, il a ensuite exercé en tant que procureur de la République dans plusieurs départements du centre de la France. Aujourd’hui à la retraite, il se consacre pleinement à l’écriture. Après un récit autobiographique, Dans la salle des pas perdus (De Borée, 201) et un premier roman Un dernier rêve pour la nuit (éditions Bord du Lot, 2016), il propose Le Chant Clair des sirènes, son second roman.

Posté par SophieSonge à 09:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 mai 2018

"Le vase rose" d'Eric Oliva aux Éditions Taurnada

Le Vase Rose

 

 

"Le vase rose" d'Eric Oliva aux Éditions Taurnada

Eric Oliva : Un thriller réussi

 

Le Vase rose - Éric Oliva

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?
Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.
Frédéric Caussois a choisi.
Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

https://www.taurnada.fr

 

 

Mon Avis Sang

Frédéric Caussois, chef d'entreprise en région lyonnaise, mène une vie paisible et a tout pour être heureux aux côtés de sa femme Luan et son fils Tao. Quand Tao meurt d'empoisonnement à la suite d'une administration de médicament, c'est la consternation. Frédéric va tout entreprendre pour faire jaillir la vérité...

Eric Oliva nous offre ici un thriller réfléchi avec des personnages pris au piège de leurs émotions. C'est cette dimension qui donne un caractère particulier au roman.

On se focalise sur l'horreur et l'absurdité d'une mort injuste et inacceptable. On comprend la douleur de ce père anéanti et déterminé à savoir ce qui s'est passé. Il n'y a pas un seul moment où il nous déçoit alors qu'il est confronté au pire.

L'écriture est extrêmement fluide et addictive. Des éléments s'installent, nous dirigent, nous questionnent, nous troublent aussi...

C'est difficile de ne pas se laisser envahir par la confusion des ressentis qui nous aimantent, nous dispersent, nous accablent... Tout nous pousse à voir ou à croire ce qui nous arrange et pourtant, rien n'est aussi simple. Il y a un vrai suspens et retournement de situation auquel on ne s'attend vraiment pas. Nous étions soit trop loin de la cible ou autour, mais jamais dans le mille.

Nous ne lâchons rien jusqu'au bout et c'est ça qui est bon. Pari réussi donc pour ce récit avec une belle mise en œuvre et une vraie expression.

 

Citation Sang

"De quoi pourrais-je avoir besoin ? Un simple flacon de médicament que vous achetez en toute confiance, et la totalité de votre univers s'écroule. Comment peut-on survivre à ça ?"

 

Bandeau - Le Vase Rose

Posté par SophieSonge à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,