16 janvier 2018

"L'appel Des Launeddas" de Muriel Martinella

Appel des Launeddas

 

"L'appel Des Launeddas" de Muriel Martinella

Muriel Martinella : Un thriller excellent

 

Appel des Launeddas


Au lac d’Annecy, un double suicide par noyade. Des témoins affirment avoir vu un couple main dans la main, pénétrer ses eaux dormantes. Or, malgré des recherches organisées par la gendarmerie, assistée d’un sonar sophistiqué pour sonder les profondeurs de ce lac, seul le corps d’une femme est retrouvé... De retour des Etats-Unis pour assister aux obsèques de sa mère, Eve et sa tante Juliette qui l’a élevée vont remonter le passé en s’aidant de documents audio ou épistolaires laissés par le couple. Au cours d’une longue et rude nuit, Eve va pousser Juliette dans ses retranchements jusqu'à lui extirper la genèse des trois morts violentes auxquelles elles sont mêlées. Une vérité qui se paiera au prix fort…

https://www.amazon.fr

 

Mon Avis

Annecy, octobre 2017, on repêche le corps de la mère d'Eve... Aux côtés de sa tante qui l'a élevée, Eve devra pour faire son deuil remuer les démons du passé...


L'auteur nous entraîne et nous happe avec cette intrigue dans une ambiance pénétrante, impossible à quitter avant la dernière ligne.

II y a un rapport hypnotique et séducteur qui s'opère entre le roman et nous, quelque chose de primitif et de malsain. Cette ambiance de huis clos qui menace, qui oppresse, révèle les zones floues, le malaise envahissant. Eve revient sur le passé de sa mère, s'en imprègne, libère les nœuds. À l'intérieur de cette pesanteur insondable, se cachent les névroses, les secrets, les drames...

L'écriture est fine, ciselée, précise et imperturbable. Muriel Martinella nous plonge dans les profondeurs abyssales, étreint et capturé par un sentiment complexe et perturbant entre exquise attirance et ultime répulsion. On est tout à la fois fasciné et circonspect quant à l'empreinte surnaturelle. On y parle de meurtre, de malheur, d'emprise psychologique, de silence, de rejet. Un à un, les éléments défilent et se dévoilent faisant place à des révélations extrêmes et dérangeantes. Eve réussit à maintenir le cap, à feindre ses émotions jusqu'au dénouement final, fatal et pourtant d'une insoutenable cohérence.

Un roman impressionnant, une maîtrise hors pair pour ce thriller noir et psychologique. Inutile de résister à l'appel des Launeddas, son chant envoûtant ne vous laissera pas d'autres choix !

Citation

"Un frisson la parcourut. Dans sa tête, soudain une mélopée à peine audible, un souffle dilué par le vent. Les Launeddas ! Elle aurait reconnu ces flûtes de pan entre mille autres instruments à vent..."

 

Bandeau - Appel des Launeddas


23 novembre 2016

"Le diable aussi était beau" de Muriel Martinella

 

lediableaussietaitbeau

 

"Le diable aussi était beau" de Muriel Martinella

 

Résumé :

Entre farce et psychodrame, les tribulations d'une quinquagénaire fantasque qui lutte à sa façon contre l'intolérable...

Six mois plus tôt, Lucie est sortie d’une cure de sommeil de quinze jours en clinique, après un soi-disant burnout, alors qu’adepte de la pédale douce, elle ne peut avoir succombé à un épuisement professionnel…
Rentrant chez elle, la surprise a été de taille lorsque Jonathan, son mari, l’a conduite dans leur nouvelle maison qu’elle découvrait pour la première fois sans souvenir de l’avoir choisie. Les effets secondaires de la cure de sommeil, lui a-t-on dit.
Mystères et non-dits voilent la période qui a précédé cet internement.
Personnage burlesque, rêveur et gaffeur, elle assiste, impuissante, à une descente en chute libre du contrôle de sa vie sous le regard narquois, néanmoins amoureux de Jonathan. Chez les Ferre, même quand ça va mal, l’on emploie la dérision et l’on ne se départit jamais de son sens de l’humour.
Car, ironie du sort, en se mariant, Lucie a hérité d’un patronyme qui, conjugué à son prénom, ne l’aide pas beaucoup.
De tribulations en tribulations qui l’opposent à son entourage, (une femme de ménage inquisitrice, des voisins déconcertants, un coach du bonheur informel, une mère suisse allemande au fort pouvoir nourricier, des enfants génération Tanguy ainsi qu’un chien déjanté…) cette personnalité maladroite, égocentrique, lunaire affiche un mal-être évident et une névrose sous-jacente.
Alors que dans une atmosphère ubuesque, elle se lance dans l’organisation de leurs noces de perle, une chape de dissimulation entoure la disparition de sa fille Chloé, maman d’un petit Adam, au caractère sombre et désorientant.

Et si tout partait de là ?

 

Mon avis :

Lucie ressort d'un burn-out. Confuse, elle a des oublis, des cauchemars et se sent un peu submergée par la vie, son quotidien. Tandis qu'elle a en tête de fêter dignement ses trente ans de mariage, les contretemps surgissent et s'accumulent... Et si en plus de tout ça, on lui cachait bien des choses...

Sous des allures badines, ce roman évoque un sujet assez grave que celui des troubles psychiques. L'auteur nous dépeint une Lucie un peu hors du temps, lunaire, fantasque. On s'amuse de ses facéties, ses humeurs débordantes et de tout ce qui lui arrive en général.

Elle prend la vie à coeur et la ressent intensément de toutes ses émotions... L'écriture est enthousiaste, amusante. L'atmosphère est sympathique et permet d'alléger une situation épineuse et compliquée... Lucie oscille entre deux mondes et sent que quelque chose ne tourne pas rond. Devant le silence et la complicité de son entourage, elle veut comprendre et saisir ce qui lui échappe. On aime les situations cocasses, fantaisistes et la façon dont l'auteur nous apporte de la couleur pour des maladies aussi méconnues que décriées. Petit à petit se dévoile de vives et de grandes douleurs du passé que des évènements du présent ont tout fait basculer. Beaucoup d'humour et d'amour pour cette tragédie comique pure de sensibilité. Une manière d'évoquer la bipolarité dans son ensemble, du point de vue du malade et de ceux qui l'entourent. Sans truchement et sans tabou, on sensibilise à l'impact que cela peut avoir sur ses relations avec les autres...

Pas de jugement, une autre vision des choses et une réelle ouverture. Un roman à lire sans trop se prendre au sérieux. Une belle découverte !

citation :

"Qu'est-ce qui clochait chez elle ? Depuis deux trimestres, le monde autour d'elle tournait, menaçant. Trois pas dehors et hop, les pires catastrophes lui tombaient dessus."

29 mars 2016

"Au delà de David" de Muriel Martinella

David

"Au delà de David" de

Résumé :

Ceci est une histoire vraie.
J’étais une journaliste à l’esprit pragmatique lorsque j’ai perdu de façon brutale mon jeune frère âgé de trente-cinq ans.
Tandis que le monde s’écroulait, je me suis raccrochée à une annonce : Ina, jeune médium, de façon gracieuse, proposait son aide…
Partagée entre le scepticisme et l’envie d’y croire, je me suis trouvée propulsée dans un monde inconnu, métaphysique, mais fascinant, peuplé de plans astraux, d’êtres de lumière, d’anges ou justiciers, de revenants ou défunts coopérateurs, de signadora ou mazzera en contact avec l’invisible…
Cependant, je ne suis pas entrée, tel l’aveugle dans un mur, dans cette irrationalité.
Chacune des expérimentations avec l’au-delà, rapportées par Ina, chacune de ses paroles prononcées, a fait l’objet d’une analyse critique alors que mon cartésianisme vacillait et que, un à un, se renversaient comme un jeu de quilles tous mes garde-fous.
Pendant six mois, une idée de livre en tête, nous avons correspondu Ina et moi, par le biais du téléphone ou de l’informatique avant de nous rencontrer véritablement en Corse, là où elle résidait.
J’ai enfin pu fouler les lieux, théâtre de la vie spirituelle haute en couleur de ma nouvelle amie, sur lesquels j’écrivais depuis un semestre.
Alors que le livre était sur le point d’être terminé, une entité, appelée Santa Guilia, avec laquelle Ina entretient depuis toujours des liens d’amitié et qui, depuis l’au-delà, orchestre les fils dorés de cette expérience, a remis la rédaction de ce livre en question. Il faudra bien des années avant qu’il ne tombe entre vos mains…
Conduit avec humour et légèreté, ce récit tiré d’une histoire vécue est un parcours initiatique sur les chemins de la spiritualité.

 

logo-amazon

 

Mon avis :

C'est un livre remarquable et positif que nous propose Muriel Martinella. On parle de la mort mais de façon lumineuse. Nos chers disparus laissent trop souvent une place incommensurablement vide, de cette absence mais également vide de sens... Cela suscite évidemment des interrogations en nous, on cherche des réponses...

A la douleur d'un frère parti trop tôt pour Muriel, s'ajoute le sentiment de culpabilité face à un geste irréparable. La providence apportera sur sa route Ina, médium, passeuse d'âmes, une femme infiniment humaine et proche de la nature profonde des êtres. J'ai aimé et j'ai été profondément touchée par le caractère intime et sensible de ce roman.

C'est un texte qui demande de s'apprécier avec lenteur et absence de jugements. Muriel raconte la relation de complicité qui l'unit à Ina au fil de ses échanges et au delà de sa rencontre avec elle. Avec elle et à travers elle, elle explore et elle avance sur le chemin de sa spiritualité.

L'écriture est lucide, amusante et amusée. Mort, vie sont liées dans le même effluve, la même synergie...

On parle, d'intuition, de créativité, du Vrai, d'unité, d'absolu. C'est un récit pur, troublant, universel que j'ai reçu comme un petit cadeau, merveilleux.

Un roman à offrir et à s'offrir pour qu'il rayonne tout autour de vous !

30 janvier 2016

"Hopital même pas mal" de Muriel Martinella

Hopitalmêmepasmal

 

" Hopital même pas mal" de

Résumé :

L'infirmière fraîchement sortie de l'école confrontée à un patient lubrique, l'infirmier gaffeur, la petite fille chauve qui se venge sur ses poupées, le malade terrorisé par l'anesthésiste déjanté, le chirurgien qui se prend pour le Roi-Soleil, la visite de l'insupportable cousine hystérique, la vieille dame qui passe ses journées dans le couloir pour échapper à la mitraille du marteau-piqueur... Avec ces 33 nouvelles qui peuvent se lire comme un roman, Muriel Martinella pose un regard à la fois pudique et inquisiteur, ironique et indulgent sur ce microcosme si particulier qu est l'hôpital, que nous avons tous fréquenté un jour, que ce soit en tant que malade, visiteur ou… personnel soignant. Un livre enlevé, tonique, drôle, souvent émouvant. Hôpital, même pas mal!... Un livre qui fait du bien.

logo-amazon

 

Mon avis :

Qui n'a pas son opinion toute faite sur l'hôpital où n'y va pas de sa petite anecdote ? Le recueil de petites nouvelles recense avec fraîcheur et réalisme la petite vie dans cet espace clos et confiné que l'on est tous amené à visiter un jour ou un autre.

Patients, malades, soignants forment un ensemble hétéroclite et auquel on adhère. Un ballet joyeux et parfois surréaliste s'offre à nous spectateurs silencieux. On aime l'effervescence, l'énergie qui se dégage de ce lieu. L'écriture est sensée, sensible et ponctuée d'humour. On passe au crible les petits bobos, les grandes angoisses, les incontournables cocasseries, les drames. On brosse ici le portrait impertinent et drôle d'une vie dans la vie.

Avec pudeur et sans détour, on dresse un constat sans appel des petites et grosses difficultés rencontrées. Des tranches de vie, on déroule la proximité des corps le temps d'une parenthèse.

Exquise esquisse, s'il en est pour dédramatiser la maladie et les accidents de la vie qui font parfois si peur. L'auteur a réussi à travers son récit à nous convaincre au-delà des mots et des situations. L'hôpital tel que vous le voyez, satirique et généreux.

A lire et à recommander autour de vous sans modération !

 

A propos de l'Auteur - Muriel Martinella :

Muriel Martinella

Journaliste free-lance en presse écrite pendant dix ans, Muriel Martinella se consacre désormais à l'écriture de fiction parce que rien ne peut lui plaire d'avantage.
Quelques nouvelles publiées dans des magazines en parallèle de son activité, des premiers prix obtenus à des concours de nouvelles puis, en 2005, elle est lauréate du prix « l'été se livre » avec François Cavanna comme président du jury. Cette nouvelle humoristique donne le prélude à un recueil de nouvelles satiriques « Hôpital, même pas mal », édité en 2007 aux éditions Après la lune.
"J'ai toujours aimé les comédies qui tournent mal... Ecrire sur des gens ordinaires, des femmes le plus souvent, lesquelles voient un jour leur destin basculer. Mes nouveaux manuscrits (bientôt publiés ici) racontent le processus psychique qui conduit certaines êtres dans des situations "limite"... La psychologie et l'irrationnel sont deux univers qui me fascinent. De là à mêler les deux, il n'y qu'un pas que j'ai franchi... Aux lecteurs de faire leur propre interprétation."