23 août 2018

"Bientôt viendront les jours sans toi" de David Trueba aux Éditions Flammarion

Les jours sans toi

 

"Bientôt viendront les jours sans toi" de David Trueba aux Éditions Flammarion

David Trueba : Un roman électrosensible

 

Bientôt viendront les jours sans toi de David Trueba - Editions Flammarion

Le musicien Dani Mosca a 40 ans à la mort de son père, avec qui il a toujours entretenu une relation houleuse. Un an plus tard, il décide contre toute attente de ramener son cercueil dans son village natal, au nord de l’Espagne. Ce voyage, autant physique qu’intérieur, va lui réserver bien des surprises.

https://editions.flammarion.com

 

Mon Avis Pollar

Dani Mosca a quarante ans quand il décide de ramener la dépouille de son père dans son village natal, au nord de l'Espagne. Un voyage pendant lequel il va faire son deuil bien sûr, mais sans doute un peu grandir aussi...

C'est lorsqu'on rencontre la mort que l'on ne pense et ne parle jamais autant de la vie, et de toutes les choses qui la composent. Avec ce roman, on est dans l'expression pur, le jaillissement des émotions.

Les souvenirs affluent en tous sens, de manière désordonnée, intempestive, sensible et jouissive. Dani Mosca, le narrateur, va à la source, nous raconte avec une lucidité éprouvée ses années bohèmes, en conflit permanent avec ce père sans doute un peu pudique, un peu secret. On évoque ici l'amour, la musique, la sexualité, les ruptures dans un paradoxe éloquent, maîtrisé.

L'aventure est dense, l'écriture emprunte un monologue lent, sensuel, sensitif qui remplit le vide, l'absence et qui sonne l'heure des bilans. Il y a quelque chose de puissant, d'intérieur, de désespéré. Les rencontres sont marquantes, humaines, déterminantes. Elles nous aspirent dans un tourbillon, nous questionnent, nous projettent.

Avec ce roman, on est à la fois spectateur et témoin intime des années passées, envolées. La nostalgie nous emporte à travers ce voyage exubérant, transgressif et formateur.

Peu importe la place à prendre, l'ivresse est bien là, réelle, palpable et laisse une empreinte inoubliable...

Citation Pollar

"La vie est difficile à organiser, mais parfois elle s'organise toute seule de manière délicate, avec une logique effrayante, aussi parfaite qu'émouvante."

 

Bandeau - Les jours sans toi


07 juin 2018

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

 

A juliette

 

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

Fabienne Le Clauze : Un témoignage poignant

 

À Juliette de Fabienne Le Clauze - Editions Flammarion

À Juliette : "Quand ma fille Juliette s'est suicidée, j'ai été dévastée, anéantie. Pourquoi une jeune fille de quatorze ans décide-t-elle de mettre fin à ses jours?
Je me suis sentie totalement coupable, je n'avais pas su protéger ma fille.

https://editions.flammarion.com



 

Mon Avis Pollar

Comment accepter le suicide d'une jeune fille à peine sortie de l'enfance ? Qu'en est-il de la douleur, du déchirement ressenti par une mère ? Comment continuer à vivre après la perte, malgré l'absence cuisante, irrévocable ? Fabienne Le Clauze nous livre ici son combat, ses confidences à travers ce roman dédié à sa fille Juliette...


Fabienne se délivre ici avec l'aboutissement de ce récit qui retrace les étapes de son deuil intime et unique. On ressent de plein fouet des sentiments extrêmement fort qui nous bouleverse, nous transperce.

Il y a une réelle intensité qui se dégage des mots, une violence, une impudeur même. On se sent givré, indiscret de voir ce mal, cette détresse que l'on sait inacceptable. On voudrait ne pas l'entendre, se soustraire à ce malheur injuste, incompréhensible et délicat.

L'écriture est libérée, sensible, sensée, bouleversante, elle nous touche à cœur et durablement. Son cheminement est personnel et on ne comprend pas toujours ses choix. Néanmoins, on les entend, on les accepte.

On aime les souvenirs évoqués autour de la personnalité de Juliette qui remplissent la vie avec justesse, bienveillance. On est touché par le soutien sans faille de Patrick Poivre d'Arvor à qui elle a su jeter une bouteille à la mer...

On a mal pour son mari, ses proches pour qui elle n'est plus la même. Le temps pour elle d'intégrer, d'exorciser, d'apprendre à vivre avec.

Fabienne à travers ses mots, prend de la distance et accompagne sa douleur à devenir autre, peut-être plus baume, plus volatile...

 

Citation Pollar

"Je suis tombée plus d'une fois dans cette épreuve, j'ai eu parfois du mal à me relever, j'ai même cru devenir cinglée, d'ailleurs, je le suis peut-être après tout, il faudrait demander aux autres ! Je sais que ce n'est pas fini, ça s'apaise petit à petit, mais je sais aussi que c'est pour la vie cette déchirure."

 

Bandeau - A juliette

Posté par SophieSonge à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,