09 mars 2018

"Les secrets" d'Amélie Antoine aux Éditions Michel Lafon

Les Secrets

 

"Les secrets" d'Amélie Antoine aux Éditions Michel Lafon

Amélie Antoine : Un roman saisissant

coupcoeur

 

Les Secrets

Michel LAFON - LES SECRETS, Amélie Antoine

Vous l’aimez plus que tout au monde.

Vous lui faites aveuglément confiance.

Vous ne rêvez que d’une chose : fonder une famille ensemble.

Mais rien ne se passe comme prévu.

 Jusqu’où iriez-vous pour éviter de tout perdre ?

http://www.michel-lafon.fr



Mon Avis Pollar

Mathilde et Adrien veulent un enfant qui tarde à venir. Ce combat est sur le point d'anéantir Mathilde, et créé des difficultés au sein du couple. Jusqu'où devront-ils aller pour tenir ? Jusqu'où sont-ils prêt à aller par amour ?

Amélie Antoine s'attaque à un sujet délicat et tabou dans la vie d'une femme, d'un couple. Quand le désir d'être mère devient une obsession et qu'il brûle de l'intérieur. On remonte le temps avec Mathilde pour comprendre ses douleurs, ses errances, ses folies.

Elle nous entraîne sur le chemin de sa  rencontre avec Adrien, leur vie à deux. Il y a quelque chose de fragile, de cicatriciel dans ce parcours féminin. Pour la comprendre, on rentre sensiblement dans ses affects, à l'intérieur de son intimité. Sa vulnérabilité nous dérange, nous atteint.

L'auteur réussit à nous faire rentrer dans la peau du personnage, nous faisant éprouver le malaise, l'inquiétude, la consternation.

L'écriture est symptomatique des maux de Mathilde qui nous malmènent, nous désarçonnent. On se sent aspiré tout entier par cette histoire, envahi par  le trouble des mensonges. On est éprouvé, heurté par le caractère dissimulé, les émotions à fleur de peau, cette énergie dépensée à s'inventer et à s'oublier...

Avec elle, elle précipite ceux qui  l'ont accompagné dans sa danse. Adrien est témoin et victime de ses frasques, conscient du vide qu'elle ressent et qu'elle s'évertue à remplir. Ces années refoulées disent les silences, les absences, les colères, les déceptions, les espoirs meurtris, gâchés. Quand pour une vie donnée, l'amour ne suffit plus, il y a des secrets accommodants qui proclament l'amour, en silence.

Un roman fascinant pour lequel on consent à s'abîmer irrémédiablement...

Citation Pollar

"Parfois les frontières entre sa vie réelle, sa vie imaginée, et même sa vie rêvée semblent floues, comme spongieuses. Qu'est- ce qui est vrai ? Qu'est-ce qu'elle a imaginé ? Il arrive que Mathilde ne soit plus vraiment capable de le dire."

 

Site de l'Auteur Pollar

Posté par SophieSonge à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


"Makoro" de Florence Malmassari aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Makoro

 

"Makoro" de Florence Malmassari aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Florence Malmassari : Une invitation au voyage

 

Makoro

Makoro vient de Kissibougou, un village en brousse. À Bamako, dans un minuscule deux pièces, Ada sa tante l’accueille comme si c’était sa fille. On plonge alors dans la vie d’un quartier bouillonnant aux côtés de personnages pétulants : la vieille Niéba, Touré le professeur, Inoussa le prodige, Abdoulaye-jus-à-bulles et petit Youssouf, qui nous entraînent dans un Mali vibrant, poétique et profond.

 Mon Avis Pollar

Makoro a 10 ans, quand elle quitte sa brousse natale pour Bamako. Là-bas, ce sont des rencontres, une ambiance, une énergie qui vont la construire...


Florence Malmassari nous plonge dans un Mali aux multiples facettes, aux innombrables paysages, aux portraits originaux et attachants. À travers ses personnages, elle nous raconte l'Afrique, son passé, ses difficultés, ses coutumes, ses fantasmes...

L'écriture nous précipite à l'intérieur de saveurs réconfortantes et inconnues. On se sent à l'aise, et bientôt familier de cette vie de quartier, au relief croustillant. On effleure du doigt des thèmes comme l'éducation, la sexualité, les rapports homme-femme, la vie, la mort. On y touche des valeurs profondes et bien ancrées, de la sagesse, du rêve aussi.

Il y a une réelle dimension qui se dégage de ce récit, des métaphores chaudes et enivrantes dans lesquelles on s'enveloppe. Les images défilent dans notre tête laissant voguer, et prendre place à l'imaginaire ensuite. Makoro nous fascine, nous impressionne. Ses aventures nous instruisent, nous portent, nous donnent à voir la vie d'un autre point de vue, autrement.

Un roman exotique, évadant, fascinant et tellement riche... À découvrir sans attendre !

Citation Pollar

"Dès qu'il fut capable de se tenir assis, on plaça dans les mains de l'enfant une kora fabriquée sur-mesure. On recommanda au plus habile luthier d'adapter l'instrument à la taille de l'élève. Les miniatures exigent une précision immense, il y passa quinze jours, et autant de nuits : c'est dans les petites choses qu'est la grandeur."

 

08 mars 2018

"Passager 23" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

Passager 23

 

"Passager 23" de Sebastian Fitzek aux Éditions l'Archipel

Sebastian Fitzek : Un thriller efficace

 

Passager 23

http://www.editionsarchipel.com/livre/cabine-23/

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes…
Sans laisser de trace.Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis Pollar

177 passagers de croisière auraient disparu en l'espace de 10 ans. Martin qui a perdu sa femme et son fils dans des circonstances mystérieuses est là pour mener ses investigations et trouver des réponses...


Sebastian Fitzek nous offre ici un roman remarquable et déroutant. Tout repose sur un lieu insolite pour des disparitions inexpliquées. Des histoires classées sans suite rangées au clan des suicides...

Parti d'un fait réel, l'auteur brode un récit aussi hallucinant que consternant. Très vite, on plonge dans quelque chose de beaucoup moins facile et beaucoup plus obscure à explorer. Qui est cette femme que l'on torture, au fond d'un puits ? Et cette jeune fille, retrouvée sur le pont, qui a été manifestement retenue prisonnière ? L'ambiance est malsaine, stressante. Sans savoir ou comprendre, on pressent que l'on marche et on avance sur une surface fragile, dissimulée, dangereuse...

Martin cherche des concordances, des éléments, nous préoccupe et nous essouffle dans cette chasse à la vérité. Les péripéties sont nombreuses, périlleuses, se rapprochent de la laideur, de l'abominable. Martin est mis à mal, intimement concerné par le tabou, l'inconcevable...

L'intrigue est millimétrée, c'est incroyablement bien ficelé. Les personnages nous heurtent et nous bluffent à la fois. On se sent pris au piège, témoin de quelque chose d'étouffant. Jusqu'au bout, les révélations s'enchaînent, s'échappent et nous précipitent dans un tourbillon dont on ne croit jamais voir la fin...

C'est incontestablement un scénario grandiose et imperturbable. Glaçant et maîtrisé : c'est sûr, vous ne verrez jamais plus les croisières comme avant...

Citation Pollar

"_On estime que chaque année, sur tous les paquebots qui croisent sur les mers du globe actuellement, vingt-trois personnes au total passent par-dessus bord.

Passager 23 !"

Bandeau-Passager 23

 

"L'ensauvagé" d'Héloïse Combes aux Éditions Marivole

ensauvagé

 

"L'ensauvagé" d'Héloïse Combes aux Éditions Marivole

Héloïse Combes : Une plume exceptionnelle

 

L'ensauvagé

François, un jeune garçon solitaire et énigmatique, grandit dans un village berrichon. À travers un récit tendre et poétique, L’Ensauvagé sonne comme une ode à la nature, à la liberté, au mystère de vivre, à la grâce des petites choses.

http://marivole.fr

 

Mon Avis

"L'ensauvagé", c'est l'histoire de François, un garçon mystérieux qui vit à l'intérieur de lui, la nature du Berry qu'il affectionne. Avec lui, on se rapproche un peu plus du réel, de la vie, de ses satisfactions...


C'est un récit pur, si finement écrit et emprunt de poésie au cœur de la région du Berry. François grandit en lisière de forêt, et dés son pus jeune âge, est épris de liberté.

C'est son amour pour les grands espaces, sa curiosité inébranlable, son goût pour l'aventure à l'intérieur des éléments, qui le nourrit. Ce solitaire, cet original, ne se satisfait que du bonheur d'être lui-même en accord avec ce qui l'entoure. Sensible, intuitif, son esprit et son être tout entier l'invitent à s'enfuir. Il fait l'admiration de sa sœur Lise, qui cherche à décrypter ses rêveries, ses errances.

Profond et insaisissable, elle nous décrit le personnage avec des mots magiques, des sentiments infinis. Des innombrables jeux, aux bêtises impétueuses, elle nous esquisse la vie qui passe, faite de bouleversements, de ruptures, d'amour, d'innocence. On hume les parfums, on savoure les couleurs, l'immensité, la liberté à travers cette plume, enveloppante, propice au rêve et à l'évasion.

Héloïse Combes nous fait toucher du doigt l'imperceptible, l'authenticité. La nature a ses trésors, ses secrets que seuls les cœurs purs sont à même de déchiffrer...

Citation

"Tu as de grands yeux noirs, tristes et doux comme des lacs ; comme sont aussi les yeux des ânes. Et au fond de ces grands yeux noirs, comme une deuxième paire d'yeux embusquée qui brille d'un éclat farouche."

 

L' Ensauvagé - Héloïse Combes


01 mars 2018

"Deux secondes en moins" de Marie Colot et Nancy Guilbert aux Éditions Magnard Jeunesse

Deux secondes en moins

 

"Deux secondes en moins" de Marie Colot et Nancy Guilbert aux Éditions Magnard Jeunesse

Marie Colot et Nancy Guilbert : Un roman émouvant

coupcoeur

 

Deux secondes en moins

Deux lycéens racontent l’impensable, le drame, la révolte, dans un roman puissant et rempli d’espoir.

Depuis qu'un accident de voiture l’a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l'accident, est immense, comme sa solitude.

Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d'emménager.

Pour l'un et l'autre, tout s'est joué à deux secondes. Deux secondes qui auraient pu tout changer...

Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique. Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré.

Un roman bouleversant, où un perroquet, le "thé des Sages", l'amitié et les mots apportent une douceur salutaire.

 

 

Mon Avis Pollar

Rhéa et Igor ont vécu un drame qui les a anéanti, éloigné de la vie, des autres. Ils ont en commun la musique, un professeur particulier à leur écoute et bien déterminé à jouer le rôle du magicien...


Parce qu'il y a des malheurs qui surgissent et qui vous laissent en morceaux, ce roman existe. Il nous raconte la solitude, la colère, le désespoir ressenti pour la perte de quelque chose qui a été, et qui n'est plus...

Igor et Rhéa ne sont plus les mêmes après les épreuves qu'ils ont subi. Ils s'enferment dans leur monde, chacun à leur manière. Mais comment sortir des ténèbres, quand on ne s'octroie plus le droit de voir l'autre et la lumière ?

C'est l'histoire de vraies rencontres, d'une étoile et d'amitiés inoubliables. On est touché par la sensibilité de Fred, sa bienveillance, son altruisme, en éveil à ces âmes égarées. L'écriture est fluide, émouvante, actuelle et communicative. Elle nous entraîne au cœur des problèmes, nous chahute, nous amène à réfléchir. Petit à petit Rhéa et Igor, à travers la musique et les confrontations à eux-mêmes, s'assouplissent, lâchent prise. Ils vont dénouer des nœuds ensemble, qu'eux seuls sont capable de défaire et surpasser.

Le chemin à parcourir est long, lent et douloureux, pourtant nécessaire, essentiel et salvateur. Ce récit nous trouble, nous émeut, nous bouscule beaucoup. Il fait battre notre cœur de tendresse et d'insondables émotions.

Il y a une poésie qui se dégage de ce roman, une étincelle qui jaillit sous nos yeux, l'harmonie du moment, le charme d'une connexion et parfois l'éclosion d'un petit miracle !

Dans une alternance de tons, les notes s'envolent à l'unisson...

Citation Pollar

"Je repars, sol si sol fa mi, galvanisée par la mélodie qui s'installe et les accords qui tournoient à travers le salon. Je découvre une sensation d'harmonie que je n'ai jamais vécue."

 

28 février 2018

"100 vies" de Ludovic Spinosa

100 vies

 

"100 vies" de Ludovic Spinosa

Ludovic Spinosa : Une lecture coup de poing

 

100 vies, Roman - Ludovic Spinosa - Art en Mots Éditions

À travers le récit de ces 100 morts, nous découvrons surtout les 100 vies qui les ont précédées.
100 vies, c'est tout simplement l'approche de la mort de 100 vies, à des âges différents, abordant des thèmes comme les accidents, les maladies, les agressions, ou encore les attentats, qui défilent au fil des chapitres, comme les faits divers d'un journal. Ce sont 100 petites histoires de la vie quotidienne avec leurs émotions, leurs angoisses, et leurs peurs...

https://www.librairieleneuf.fr

 

Mon Avis Sang

On naît, on vit, on meurt. La faucheuse peut frapper à tous moments, sans que l'on s'y attende. Certains la jauge, la scrute, allant même jusqu'à la provoquer parfois, d'autres l'espère ou encore la craigne.


Il y a autant de façons de vivre que de mourir. Ces histoires courtes, évoquent la vie, annoncent la mort inéluctable, avec brutalité, voire ironie quelques fois. On la juge injuste, quand il ne s'agit que d'enfants, bête et dramatique pour les comportements à risque des jeunes adultes...

L'auteur nous confronte à nos peurs, à nos angoisses par le temps qui s'écoule, aux situations qui nous échappent. Il y a quelque chose d'oppressant dans le cycle de la vie, naturel et incontrôlable. On est entraîné par une réflexion sur la mort et la vie intrinsèquement liés.

L'écriture est grave, directe et sensible. Elle provoque en nous des sentiments raz de marée. Ces cent condensés de vie nous habitent, remuent nos fondations, nos perceptions de l'existence. Les années ne rendent pas la mort plus douce, plus acceptable. Il y a dans ces vies, trop souvent des silences, des souffrances. Nous ne sommes que passage, rouage répétitif de nos erreurs. La mort se joue de nos vies, et nous avons à jouir de celles-ci. Aimer, pardonner, partager, se soutenir, bien avant les souvenirs et les regrets...

Une manière de prendre conscience du temps qui passe et peut-être d'être acteur de sa propre aventure ?

 

Citation Sang

"La vie, c'est comme un manège, ça tourne, ça tourne, ça tourne et puis ça s'arrête ! "

"La vie est quelque chose de merveilleux, de magique, personne ne prend réellement conscience de la chance qu'il a d'être vivant. Personne ne prend réellement le temps de prendre son temps, de vivre sa vie, d'apprécier à sa juste valeur chaque minute, avec toute sa beauté, toute sa splendeur."

 

Trailer 100 VIES

Posté par SophieSonge à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 février 2018

"Le rocher" d'Elisa Sebbel

Le Rocher

 

 

"Le rocher" d'Elisa Sebbel

Elisa Sebbel : Un roman captivant

 

Le rocher

5 mai 1809, cinq mille soldats de l’armée napoléonienne sont déposés sur l’île déserte de Cabréra. Parmi eux, vingt et une femmes, dont une jeune cantinière de dix-huit ans qui vient de perdre son mari. Sur tous les visages, la même question : les a-t-on abandonnés à leur propre sort sur ce rocher aride ? Le lecteur vivra avec Angélique ce drame oublié de notre histoire. Il partagera son quotidien, ses émotions, ses moments de joie, de tristesse, de peur, de doute, d’espoir et de désespoir...

 

Mon Avis Pollar

19ème, sous l'Empire Napoléonien suite de la guerre d'indépendance espagnole, des milliers d'hommes et une poignée de femme sont faits prisonniers sur l'île de Cabréra, au sud de Palma de Majorque. Angélique, simple paysanne, soumise à d'innombrables tourments, dévoile ici les mystères de cet épisode lointain et méconnu...


C'est un roman romanesque sur fond de fait historique que nous propose l'auteur. Elle nous emmène vers une époque et en des lieux qui transportent notre imaginaire et nous font voyager.

Angélique l'héroïne, nous émeut, nous précipite dans son histoire, ses malheurs, ses passions et ses espoirs. C'est une femme déjà éprouvée, par la perte de son homme, qui débarque sur cette île. Tout est à faire, à construire, à gérer pour cette destination d'internement. Les conditions sont difficiles, les malades sont nombreux, les disparitions s'enchaînent. Les femmes sont à la fois nourricières, infirmières et objet de désir. Les amitiés sont précieuses, les alliances nécessaires au confort et à la survie.

Angélique est forte, sensible, émouvante. Elle attire les confidences, invite à la protection. Ses élans du cœur nous atteignent dans le mil, nous rendent vulnérables. Le choix est souvent difficile et douloureux entre passion et raison.

L'écriture est fluide, belle, sylphide et nous dirige imperceptiblement dans le flot des tourments. Il y a une aisance, dans le récit, les descriptions qui nous font presque oublier le travail préalable de recherche et de documentation.

On passe un moment incroyable au cœur de cette île, où les faims transfigurent les hommes, où la foi cherche son écho. À travers ce roman remarquable, on souffre, on vibre, on vogue au-delà des espoirs, de la vie, des sentiments... Aussi fascinant que bouleversant ! Un tourbillon, un précipice d'émotions !


Citation Pollar

"Un énorme rocher écorché se dressait devant nous. Allaient-ils nous abandonner là ? Sur cette roche nue, stérile, au milieu des falaises escarpées que les vagues maltraitaient sans cesse ? Là ! Sans rien !"

 

A propos de l'auteur Pollar

Docteur en Littérature Française, Elisa Sebbel donne des cours dans une université espagnole et fait de la recherche. Passionnée par l’histoire, elle s’intéresse particulièrement au XIXème siècle et à l’Empire. Elle a publié de nombreux articles académiques de littérature et participé à de nombreux congrès et colloques. Avec ce premier roman, elle se lance dans l’écriture littéraire.


Pour la suivre : https://www.facebook.com/elisasebbel.auteur/

26 février 2018

"Le diable s'habille en Licorne" de Stanislas Petrosky aux Éditions Lajouanie

Le Diable s'habille en licorne

 

 

"Le diable s'habille en Licorne" de Stanislas Petrosky aux Éditions Lajouanie

Stanislas Petrosky : Du rififi chez les cathos

 

Requiem, votre curé préféré est de retour à… Dunkerque et en plein carnaval ! Pour une séance d’exorcisme.

Notre héros, hors norme, est, il faut l’avouer, un peu étonné par cette divine mission. Non pas qu’il ne croie pas au démon, c’est quand même un petit peu son boulot, mais il se méfie, c’est tout. Il faut dire que les festivités donnent lieu à de sacrées fiestas mais aussi à quelques curieux décès. Des lycéens meurent les uns après les autres après avoir ingurgité des bonbons aux saveurs bien peu catholiques. Requiem réussira-t-il à démanteler ce trafic de « Licorne » et à sauver le carnaval ? Vous le découvrirez dans ce troisième tome des aventures de Requiem, le plus déjanté des serviteurs du Seigneur…

https://www.editionslajouanie.com

 

Mon Avis Pollar

Requiem revient pour le carnaval de Dunkerque pour une affaire d'exorcisme, semble-t-il. À y fouiller de plus près, il y a tout à penser qu'il s'agit d'une overdose à "la Licorne" (une drogue dangereuse). Vous voulez mon avis, les lecteurs ? Cet épisode nous promet certainement, encore une belle descente aux enfers.


Esteban nous aurait presque manqué, son retour nous rassure et nous assure à coup sûr des moments inoubliables et franchouillards, dont on se gargarise sans modération.

On a plaisir à retrouver ce curé haut-en-couleur, à la gouaille et au culot consommé. On commence piano ici, histoire de tâter du terrain. Esteban observe d'abord et déblaie ensuite...

La démarche est délicate chez les "cul-serrés". On suit son aventure avec curiosité, malice et frénésie. L'auteur mise tout sur l'ambiance, sa verve, la proximité avec le lecteur. Il y a du suspense, du risque, des péripéties en vois-tu en voilà. On aime toujours autant le caractère jovial et sans appel de notre héros-justicier, aux sentiments si finement dévoilés. On se prend de plus en plus d'affection pour lui et sa fidèle comparse Cécile. Entre eux, on sent que cela crépite, et leurs énergies réunies ne manquent pas de faire des étincelles.

L'enquête s'accélère, le temps presse, alors que les jeunes ouailles tombent comme des mouches. Notre équipe a peu de temps pour remonter à la source du trafic et identifier les coupables. On en perd plus une miette, on s'angoisse, on retient notre souffle jusqu'au dénouement final.

Requiem se donne encore à fond : c'est plus qu'une mission pour lui, un noble sacerdoce. Cet homme-là mérite bien de s'en jeter une petite, blonde, brune ou rousse. Vous le connaissez bien maintenant, il n'est pas là pour faire le difficile !
 

Citation Pollar

"Bon ce que je lis dans le dossier scolaire, c'est tout ce que je sais déjà, rien de neuf. Tu vois, je serais un fainéant, je ferai un rapport à Falvo comme quoi la gamine était possédée, que le malin est rentré dans ses pénates et basta. Mais moi, tu m'connais, je ne suis pas comme ça, alors on va fouiller et chasser la Licorne."

 

Bandeau - Le Diable s'habille en licorne

23 février 2018

"Jacquou le Croquant" d'Eugène Le Roy aux Éditions Marivole

Jacquou le Croquant

 

"Jacquou le Croquant" d'Eugène Le Roy aux Éditions Marivole

Eugène Le Roy : Un roman poignant

 

Jacquou le croquant

Un tableau du monde paysan du XIXe siècle. Fils de métayers, Jacquou doit faire face aux rudes conditions de vie des paysans du XIXe siècle ; sa famille est exploitée par le comte de Nansac. À la suite du meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, le père de Jacquou, est condamné aux galères où il meurt. Sa mère décède également peu de temps après. Jacquou va alors connaître la faim, le froid, le malheur et la tyrannie du comte de Nansac. Orphelin, il est recueilli par le curé Bonnal qui s’occupe de son éducation...

http://marivole.fr

 

Mon Avis

1815, Jacquou est fils de métayers exploités par le conte et domaine de Nansac. Les drames s'enchaînent sur cette famille qui laisse à l'âge de neuf ans un Jacquou orphelin, amené à se construire avec ses douleurs, ses rencontres et ses idéaux...


Eugène Le Roy nous décrit une peinture sociale du 19e siècle où la noblesse affame les pauvres. Dans les terres du Périgord, Jacquou connaît dès son plus jeune âge, le labeur de la terre, ses caprices, ses exigences.

Ses parents s'échinent au travail, lui inculquant les valeurs de l'amour, le courage, l'humilité. Quand le malheur les frappe, Jacquou se sent floué, marqué profondément et intimement par l'injustice. Il nous raconte sa souffrance, sa haine et son énergie à riposter. On est touché par sa fièvre d'apprendre, de vivre, d'aimer. Les pertes de Jacquou sont nombreuses, marquantes.

L'écriture est accessible et nous ramène au passé des campagnes, des valeurs paysannes. À force de volonté, Jacquou le croquant dénonce les agissements du conte, lutte contre les iniquités. Cet amoureux de bonté et de simplicité marche sur un fil, quand il en est d' ourdir ses vieux démons. Sa rencontre avec le curé Bonal, marquera en bien son existence. On est ému et impressionné par la manière de s'imprégner et de digérer ses passions, ses sentiments. On suit son parcours d'homme sincère, pragmatique et bon, avec beaucoup de tendresse et d'émotion.

Un roman classique et intemporel qui nous remémore l'histoire et le terroir. À relire ou à découvrir !

 

Citation

"Pourquoi, là-haut, tant de bonnes choses, plus que de besoin, et chez nous de mauvaises miques froides de la vieille ? Dans ma tête d'enfant, la question ne se posait pas bien clairement ; mais, tout de même, il me semblait qu'il y avait là quelque chose qui n'était pas bien arrangé."

 

Bandeau - Jacquou le Croquant