18 février 2016

"Aldara... Un amour de femme" de Dominique Simon chez Z4 Éditions

aldara

 

" Aldara... Un amour de femme" de chez Z4 Éditions

 

Résumé :

Aldara s’était aperçue dès l’enfance que seules les personnes de son sexe l’attiraient, et n’imaginait trouver jouissance qu’auprès du féminin.
Arrivée à l’âge d’être mariée, elle est poussée par les siens à épouser le prétendant qu’ils lui ont choisi.
Aldara hésite sur la conduite à tenir. Partagée entre le goût insatiable qu’elle a pour le corps des filles et l’existence d’épouse qu’on lui propose. Pourtant, il faut choisir ! Suivre le vrai de sa nature ou abdiquer, céder à la pression familiale… Si ce texte relate de façon parfois crue les circonstances et les évènements qui finiront par conduire l’héroïne à suivre son chemin, il met aussi en lumière les mécanismes étranges qui président à notre destinée. Comme si nous n’étions comptable que des itinéraires que nous choisissons d’emprunter, l’essentiel étant déjà ourdi…

 

 

Mon avis :

Aldara est promise à Paul, un prétendant qui lui fait la cour en bonne et due forme. Le seul souci, c'est qu' Aldara n'est pas sensible à ses charmes accordant plus d'intérêt au beau sexe. Le récit nous fait part de son trouble, sa honte et parfois sa culpabilité à se sentir si différente.

On parle de stratégie, de séduction, de jeux amoureux... Il est question de la difficulté de se dévoiler, du paraître et des convenances. Aldara se retrouve seule avec elle-même avec l'éveil de sa sexualité, en proie avec ses inquiétudes et ses doutes. Bouleversements du coeur et du corps intimident et ensorcellent. Les sentiments d'une femme sont mystérieux et insondables.

On se laisse glisser dans cette intrigue qui déborde de tourments et de vertiges. Le style de l'auteur est précieux et raffiné. Il évoque avec pertinence et réalisme les plaisirs féminins dans leurs plus infimes et beaux secrets...

Une histoire sous forme de confession intime où les passions jaillissent, coquines et libertines. Un plaidoyer pour l'homosexualité qui dénonce d'hier à aujourd'hui le droit d'être soi-même en toute liberté.

A découvrir !


17 février 2016

"J'adore New York" d'Isabelle Laflèche aux Éditions City

jadorenewyork

 

"J'adore New York" d' aux Éditions City

 

Résumé :

Obtenir un job dans un grand cabinet d’avocats new-yorkais : pour Catherine Lambert, la petite frenchie, c’est un rêve. Manhattan, ses lieux branchés, ses boutiques fascinantes pour une accro du shopping… Mais dès qu’elle pose le pied à New York, tout part en vrille. Sa patronne ? Une hystérique ultra-exigeante. Ses clients ? Des types lubriques aux égos surdimensionnés. Ses collègues ? Des assoiffés de pouvoir prêts à tout. Heureusement que dans cet enfer, Catherine peut compter sur Rikash, son assistant indien qui la sort des situations les plus délicates. Et puis il y a ce riche homme d’affaires pour qui elle a le béguin : avec lui, c’est spas, limousines, haute couture et soirées chics ! Mais si cette histoire, comme tout dans cette ville, n’était que de la poudre aux yeux ?

LogoCity

 

Mon avis :

Quand Catherine Lambert avocate, débarque fraîchement à New-York, elle est excitée comme une puce... elle pense plan carrière, virées shopping, petites sorties entre amis. Elle est loin de se douter que ses rêves ne se réalisent pas comme elle le souhaite, et que la réalité vienne écorner ses beaux projets.

Overbookée, elle n'a plus une minute à elle et subit les pressions professionnelles sans sourciller. Côté sentimental, vie privée et vie personnelle sont intimement liés et c'est un peu la panique à bord. On aime le caractère joyeux et animée de cette comédie moderne et chic. Les personnages sont détonants, redoutables, séduisants.

On passe un agréable moment entre coups bas, péripéties et cavalcades. On parle d'ambition, de stratégie et de réalisation de soi-même. L'écriture est drôle, enthousiaste et rythmée. On aime les malentendus, les coups de gueules et les retournements de situations.

Ce roman déborde de petits secrets et de grandes surprises. On se laisse convaincre par le jeu des combats juridiques, la paperasse et les faux semblants. Au programme, rigueur, paillettes pour ce récit au ton léger et plein d'humour. Le romantisme n'est bien sûr pas en reste et on ne va pas s'en plaindre...

Alors, toujours pas tenté ?

 

A propos de l'auteur :

Isabelle Laflèche

 

Lafleche-Isabelle

 

Isabelle Laflèche a travaillé pendant dix ans comme avocate à Montréal, Toronto et New York. Ce premier roman, inspiré par son expérience américaine, a connu un formidable succès outre-Atlantique.

15 février 2016

"Au nom d'Alexandre" d'Olivier Auroy aux Éditions Intervalles

aunomdalexandre

 

" Au nom d'Alexandre" d' aux Éditions Intervalles

 

Résumé :

Alexandre exerce un métier qui n’a pas de nom : il crée des noms.

Dans sa vie, il a baptisé des parfums, des pâtisseries, des voitures, des missiles, et même le chien d’une milliardaire… On raconte aussi qu’il fut le conseiller particulier du pape dans sa quête d’identité.

Mais Alexandre est malade, et sent que sa fin est proche. L’apprenant, un éditeur intrigué par son étrange vocation demande une journaliste, de se rendre à son chevet pour qu’il lui dicte ses mémoires. Au fil de ce récit, la jeune femme découvre l’odyssée de cet amoureux des lettres, de ce génie des mots qui a tout nommé. Ou presque. En effet, elle repère quelques zones d’ombre dans ce parcours hors du commun. Intriguée autant que fascinée par Alexandre, elle est peu à peu taraudée par une question : est-il possible qu’Alexandre ait oublié de nommer l’essentiel ?

Au nom d'Alexandre
Sortie : Janvier 2016
240 pages
N° ISBN : 978-2-36956-031-9
Prix Papier : 19,00 €

http://www.editionsintervalles.com

 

Mon avis :

Ce roman est du pain béni pour les amoureux des mots. Alexandre, le héros de ce livre a baigné dans un univers lettré depuis sa plus prime enfance. Il est le témoin d'un héritage familial audacieux, érudit et truffé d'esprit. Trop tôt orphelin, il a été bercé par un grand-père cruciverbiste et l'autre amateur de scrabble.

C'est son histoire qu'il raconte à Fanny, chargée d'écrire une biographie sur cet homme alors qu'il est mourant. Quarante ans, c'est court pour une vie, et pourtant les heures s'égrènent à s'effeuiller, se livrer sans pudeur sur ce qu'il a amené à être un créateur de mots.

Ce récit touche par le caractère intime des confidences... Alexandre retrace ses souvenirs de jeunesse, des amitiés à ses amours, de sa passion pour les néologismes, à son génie. On se rend compte qu'il est parfois bien plus facile de se dévoiler à un illustre inconnu plutôt qu'à ses proches. Tout comme au bord du précipice, il n'est plus nécessaire d'être poussé dans ses retranchements pour être franc avec soi-même.

J'ai aimé cette histoire profonde, cette proximité que créent les personnages entre eux. Fanny discrète, est un lien précieux pour cet Alexandre déprimé et au bout du rouleau.

L'écriture est poignante, sincère et ce que l'auteur nous livre ne nous rend pas insensibles. La fin est juste bouleversante et vous aurez sans doute du mal à retenir vos larmes. Ce roman est infiniment beau et fort, à savourer plus qu'à lire d'ailleurs, tout en douceur...

 

A propos de l'Auteur :

Olivier Auroy

Olivier Auroy travaille depuis plus de vingt ans dans le monde de la communication. Il est l’auteur, sous le pseudonyme de Gabriel Malika, des Meilleures Intentions du Monde et de Qatarina, publiés aux éditions Intervalles. Au nom d’Alexandre est son troisième roman.

10 février 2016

"Demain je pars" de Laurent Leoncini aux Éditions Librinova

Demain je pars

 

" Demain je pars" de aux Éditions Librinova

 

Résumé :

Cela ne vous est jamais arrivé d’avoir envie de tout plaquer, que vous ayez seize, vingt-cinq, ou cinquante ans ? Changer de pays, de climat, de culture, de vie. L’homme est-il fait pour vivre toute son existence avec la même femme ? Ai-je fait le bon choix ? Après tout, je n’ai qu’une seule vie, je prends le risque ou pas ? Tout plaquer sur un coup de tête déjà trop réfléchi, remplacer ses habitudes quotidiennes pour découvrir quelque chose de nouveau. Pas comme une aventure de vacances pour faire un break, mais partir sans avoir l’idée de revenir, un départ sans retour possible dans le passé. Ça fait quoi de partir sans se soucier de payer son loyer, ses factures, de laisser ses meubles, ses souvenirs, vieilles pantoufles usées que l’on gardait sans savoir pourquoi. Est-ce de la lâcheté, ou du courage ? Alors quoi faire, garder cette idée comme un beau rêve auquel on pense chaque nuit et que l’on oublie quand le réveil sonne, pour vivre une vie sans surprise dont on connaît déjà le déroulement. Ou bien partir au risque de se ramasser la figure, et de gâcher sa vie ?

 

Demain je pars - Laurent Leoncini
  • Auteur : Laurent Leoncini
  • Publié le : 16/11/2015
  • Catégorie : Romans - Romans d'amour et sentimentaux
Prix Numérique : 2,99 €


http://www.librinova.com

 

Mon avis :

C'est un livre surprenant, déroutant que l'on découvre ici sur les chemins de la vie. On a tous un parcours plus ou moins tracé, tout au moins influencé.

Hugo, 26 ans est un petit bourgeois qui souffre d'un avenir sans surprise. Il s'ennuie, se désespère : un bon boulot, un mariage convenable, il a le sentiment que cela ne lui appartient plus. Lui veut vivre, rêver, espérer et être libre de choisir. Lâche ou courageux, on peut se poser la question mais Hugo ne peut plus attendre pour bousculer son destin. On va le suivre dans tous ses élans usant et abusant des jeux de la séduction plus alambiqués les uns que les autres.

On est ému, interloqué et on s'indigne parfois de son comportement et pourtant profondément, on comprend. A la recherche de grandes émotions, de l'amour intense, inoubliable... Il dessine et réinvente des codes éternels et personnels. Il a compris que c'est la monotonie qui use le couple et tous ses stratagèmes ont pour but de la défendre. Joueur, mystérieux, évanescent, il trouble, attire, révolte et retient.

L'écriture est passionnée, audacieuse. On se prend au jeu de cette aventure épuisante et peut être irréalisable.

L'ambiance est à la fois confuse et exaltante. Ce roman ouvre la porte de notre esprit qui se permet volontiers de divaguer ou même de transposer...

Quel sens donnerez-vous à votre vie ?

Choisirez-vous finalement les remords ou les regrets ?

Je vous laisse y réfléchir...

 

Pour en savoir plus sur l'auteur, je vous laisse cliquer ICI.

Laurent Leoncini

"Au premier chant du merle" de Linda Olsson aux Éditions l'Archipel

aupremierchantdumerle1

 

" Au premier chant du merle" de aux Éditions l'Archipel

 

Résumé :

Déception sentimentale ? Lassitude de vivre ? Élisabeth Blom s’est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s’appelle Blom… Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre ? Ou faudra-t-il attendre un drame – et l’intervention inattendue d’Otto, libraire à la retraite – pour faire entrer la lumière dans son appartement ? Au seuil de l’été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C’est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d’une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture.

 

EAN : 9782809818093 ; Février 2016
Prix Papier : 20,00 €

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon avis :

Connaît t'on vraiment ses voisins ? Que sait-on de leur vie et ce qui se passe derrière leur porte une fois celle-ci refermée. Otto, Elias se connaissent déjà, ont même créé des habitudes, une amitié quand ils s'interrogent sur la trop grande discrétion d'Elisabeth, leur voisine.

Ils habitent le même immeuble à Stockholm, ont en commun leur solitude et leur sensibilité immense. Avec beaucoup d'intuition et énormément de patience, ils vont s'inviter sur la pointe des pieds dans les silences d'Elisabeth. A ce stade-là, on peut parler d'apprivoisement qui débute par un échange de livres. De fil en aiguille, de rencontres en promenades ils vont créer des liens précieux, simples et profonds. Cette lecture évoque le passé, les blessures induites, les remords ou encore les regrets.

L'auteur nous emporte et nous abîme dans son histoire avec finesse et une délicatesse mesurée. L'atmosphère est poétique, feutrée. Nos personnages se rencontrent et se comprennent parce qu'ils parlent un langage universel, celui de la tendresse. Ils ont besoin les uns des autres pour que leurs expressions soient complètes et abouties.

Je reste émue par cette lecture, cette émotion qui grandit au fil des mots. Le seul risque à prendre au cours de cette vie, c'est d'aimer.

Un roman à ne rater sous aucun prétexte !

 

A propos de l'Auteur - Linda Olsson :

olssonlindaccarolineandersson

Linda Olsson est née en 1948 à Stockholm, où elle a grandi. Elle a étudié le droit avant de faire carrière dans la banque. En 1986, elle et sa famille quittent la Suède et partent vivre en Angleterre, au Kenya, au Japon et à Singapour, avant de s’installer en Nouvelle-Zélande. Son premier roman, Astrid et Veronika, paraît en 2012 aux éditions de l’Archipel, suivi en 2014 de L’Enfant au bout de la plage.


09 février 2016

"L'anatomiste" de Marilyne Fortin aux Éditions Terra Nova

lanatomiste

" L'anatomiste" de aux Éditions Terra Nova

Résumé :

Né dans une famille miséreuse, Blaise est vendu par son père alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Dans l’atelier d’un peintre, il perfectionne son art du dessin et rêve de devenir un grand artiste. Mais en 1539, la Renaissance a beau étendre ses lumières sur la France, elle éclaire difficilement ceux qui, comme lui, sont issus de la fange des ruelles. Les hasards de la vie font qu’il est contraint à travailler pour Gaspar de Vallon. Ce chirurgien méprisant et ambitieux demande à Blaise d’illustrer son traité anatomique. Il lui impose toujours plus de séances de dissections de cadavres et le précipite dans une quête effrénée et illégale pour dénicher des corps dans les cimetières de Paris. Une rencontre vient toutefois transfigurer ce parcours : celle de Marie-Ursule, une prostituée énigmatique. Captivé par la beauté de la jeune femme, Blaise sent renaître son âme d'artiste et sa volonté de déjouer le mauvais sort qui semble s'acharner…

LogoTerraNova

Mon avis :

Ce roman est un petit bijou tant par l'objet en lui même que par la forme. On se retrouve plongés à l'époque de la renaissance pour des aventures romanesques qui comblent nos attentes. On suit l'itinéraire passionnant d'un personnage solitaire doué pour le dessin, en passe de devenir un artiste de talent...

De son enfance pauvre et malheureuse à l'apprentissage et à sa servitude, il relèvera les embûches humblement et patiemment. Le roman est noir, on est imbibé des corps, de la mort au service de la dissection, de l'anatomie, de la médecine. L'ambition avide et démesurée déraisonne les esprits. On évoque un milieu où les masques font légion et où il est difficile selon son rang de trouver sa place. Et pourtant deux âmes parallèles vont se croiser pour faire un petit bout de chemin ensemble... Marie Ursule et Blaise vont lire en eux même, se dévoiler, être sincère.

L'histoire d'amour est belle, sublime, personnelle et touchante. La sensibilité de ces deux êtres est sublimée, mise à nu et nous bouleverse. L'auteur réussit à nous immerger dans cette histoire avec une aisance déconcertante. Elle réussit à donner à son récit un relief saisissant de réalisme.

Ce roman historique ne souffre d'aucune longueur et lui confère un caractère immense. L'aventure est singulière, inoubliable. L'écriture est brillante, érudite, soignée.

Je suis conquise, impressionnée et ce roman à la hauteur mérite de rencontrer son lecteur. C'est d'ailleurs tout ce qu'on lui souhaite !

 

A propos de l'auteur - Marilyne Fortin :

Marilyne Fortin

Au cours de ses études, Marilyne Fortin a découvert un traité anatomique anonyme du XVIe siècle illustré d’extraordinaires gravures. Ainsi est née l’idée d’une fiction sur l’artiste inconnu. Ce premier roman a rencontré un extraordinaire succès, notamment au Québec où il a été finaliste du prestigieux Prix du Gouverneur Général.

"La course à pied, un pas vers moi" d'Angélique Nant d'Arvillon

lacourseapied

 

" " d'

 

Résumé :

À l'aube de la quarantaine, l'auteur découvre la course à pied. À travers elle, elle va se plonger dans des bains de verdures, perdre haleine dans des bouffées d'oxygène, qui vont lui insuffler la confiance en soi et lui procurer un souffle au parfum de liberté. Au rythme de ses foulées, elle nous fait découvrir ses sentiers à travers les saisons, sur des tapis de violettes, entre les gouttes d'un orage d'été, sur des amas de feuilles mortes, ou encore sur une couverture de neige éphémère. Mais surtout, elle va nous faire découvrir le plus beau des chemins... Le chemin intérieur.

La course à pied, un pas vers moi

Thème : Témoignage ; Format : Roman (134x204)

Prix Papier : 14,50 € / Prix Numérique : 8,70 €

 

Mon avis :

Ce livre m'a appelée, m'a parlée et m'a profondément touchée. L'auteur nous explique comment à l'aube de ses quarante printemps, elle s'est lancée corps et âme dans la course à pied.

Pas à pas, souffle après souffle, elle va tâtonner, apprendre car ce sport c'est un peu l'école de la vie. Pour elle, c'est l'occasion de se découvrir, de se réparer et de repousser ses limites. Prendre conscience de son corps, vivre en harmonie avec lui et la nature au fil des saisons. L'écriture est belle, profonde, intérieure, aux frontières de la poésie. On prend goût à cet éloge de l'effort sublime qui devient pour elle, aussi essentiel et naturel qu'une simple respiration. Elle passe en revue ses doutes, ses difficultés, ses blessures tandis que sa volonté reste ancrée et bien intacte.

On est ému par ce témoignage, on est suspendu à ses défis et on s'accroche à ses progrès.

Courir, écrire mais pourquoi ? Elle trouve en l'écriture un parallèle à la course pour vivre pleinement, intensément, se libérer et prouver qu'elle en est capable !

Je vous laisse découvrir ce roman.

Angélique

"D.R.A.M : Mémoire vive" d'Antony Altman

DRAM

 

" D.R.A.M : Mémoire vive" d'

 

Résumé :

Paris, 1992. Gabriel est un jeune homme de 23 ans, lunaire et romantique, qui nourrit une passion sans bornes pour Super Jaimie, une série télévisée des années 1970. À ses yeux, l’actrice qui incarne le rôle représente l’idéal féminin. Aussi croit-il rêver lorsqu’un soir il fait la connaissance de Marzi, sa nouvelle voisine de palier, qui ressemble en tous points à son héroïne. Gabriel ne tarde pas à déclarer sa flamme à la jeune femme, qui de son côté ne reste pas insensible à ce garçon osant porter ses émotions et ses sentiments à fleur de peau. Mais voilà que le meilleur ami de Gabriel fait son apparition au beau milieu de cette romance naissante. Il s’appelle Sacha, possède le physique d’un apollon, le cerveau d’un docteur en mathématiques – ce qu’il s’apprête à devenir dès la fin de ses examens universitaires – et un charme ravageur. Bref, de quoi semer une belle pagaille… Dans la réalité, tout se termine-il toujours aussi bien qu’à la télé ? Avec ce premier roman, Antony Altman nous entraîne dans un univers à la fois poétique, drôle et cruel, et nous donne à vivre une merveilleuse histoire dans laquelle l’expression « fou d’amour » prend tout son sens.

 

logo-amazon

 

 

Mon avis :

Les fans de la série "Super Jaimie" devraient adorer ce roman qui nous propulse à une époque fantastique et merveilleuse. Les références sont précises et nombreuses. Pour Gabriel Metiek le temps s'est arrêté sur cette série télé qui a bercé toute son enfance.

Quand il croise sa voisine de palier aux traits ressemblants de l'actrice Lindsay Wagner, son passé resurgit, ses souvenirs et ses émotions s’emmêlent.

L'auteur nous plonge dans l'état de confusion et d’hébétement de son héros, on oscille en permanence entre réalité et fiction. On veut comprendre, comme notre personnage principal qui s’empêtre de faire une analyse. Au fil des séances, Gabriel va retrouver le fil de son histoire personnelle l'amenant à prendre conscience des blocages qui l'empêchent d'avancer dans sa vie.

L'écriture est habile, le sujet bien amené et fascinant. L'auteur maîtrise parfaitement son histoire et on se sent dépendant et complètement à sa merci.

Déstabilisant, déroutant, cette lecture nous perturbe avec le sentiment de ne parfois rien y comprendre et de rester groggy. j'adhère et je valide et vous ?

 

 

A propos de l'auteur : Antony Altman :

 

Antony Altman

Passionné de psychologie et grand amateur de séries télé, Antony Altman offre une écriture sensible teintée de fantaisie.

 

 

Roman "D.R.A.M. : Mémoire vive" d'Antony Altman

08 février 2016

"cadavres menteurs" d'Iris Johansen

 

cadavresmenteurs

 

" cadavres menteurs" d'

 

Résumé :

Sculpteur légiste : métier qui consiste à reconstituer le visage des morts à partir de leur crâne et à les identifier si nécessaire. Eve Duncan s'y consacrait sans ménager sa peine jusqu'à l'assassinat de sa petite Bonnie. Sortir certains cadavres de l'anonymat peut attirer bien des ennuis... Aussi, quand un sénateur la sollicite, Eve hésite. D'autant que des événements étranges menacent son couple et l'existence de Jane, sa fille adoptive. Mais une circonstance inattendue l'incite finalement à accepter. Sans compter qu'elle y voit la possibilité de venger Bonnie. Or pour ça, Eve est prête à tout.

 

logo-amazon

 

Mon avis :

Le thriller nous entraîne dans un tourbillon de mensonges d'Atlanta en Louisiane. Eve Duncan est une femme meurtrie, blessée et qui doit sa reconstruction à une profession méconnue, insolite et passionnante. Elle est sculptrice médico-légale, elle est intuitive, assidue, consciencieuse. Elle ramène les disparus chez eux.

Redonner un visage à un crâne, leur rendre leur dignité, tenter de restituer l'énigme autour des dernières heures... Elle travaille de façon indépendante, vient en aide aux services de police, aux familles. Sa vie professionnelle est intimement liée à sa vie privée. On aime sa ténacité, son acharnement, son infime sensibilité, sa force incompressible. On est suspendu à son travail, égrenant les heures, fébriles et impatients de connaître les réponses à nos interrogations. Manipulée, utilisée, on lui cache la réalité à son insu...

L'enfer est pavé de bonnes intentions et il vaut mieux parfois ne pas savoir.

L'affaire est prenante, complexe. On glisse, on s'enlise inexorablement. L'écriture est intelligente, pertinente.

Les personnages troubles cachent bien leurs secrets jusqu'au jour où... Je vous laisse découvrir ce roman aussi stressant que déroutant.

05 février 2016

"Top 3" Janvier 2016

"Top 3" Janvier 2016

 

Et c'est reparti pour un nouveau "TOP 3" 2016, encore et toujours de belles découvertes

 

 

1 - "L'anatomiste" de Maryline Fortin

anatomiste

 

2 - "Dans la tourmente" de Louise Tremblay d'Essiambre

Dans_la_tourmente_Les_annees_du_silence_1__c1_large

 

3 - "La course à pied, un pas vers moi" d'Angélique Nant d'Arvillon

Un pas vers moi

Posté par SophieSonge à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,