22 juin 2018

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

La perfection du crime

 

"La perfection du crime" d'Helen Fields aux Éditions Marabout Thriller

Helen fields : Un roman infernal

 

La perfection du crime | Editions Marabout

Un voyage glaçant d'effroi dans l'esprit tourmenté d'un serial killer ! Perdu dans une région montagneuse isolée, un corps se consume. Seules des dents et un fragment de vêtement permettent d'identifier les restes carbonisés de l'avocate Elaine Buxton. Dans une pièce dissimulée aux yeux de tous, dans une grande maison d'Edimbourg, la vraie Elaine Buxton hurle dans le noir. L'inspecteur Luc Callanach vient juste de prendre ses fonctions quand l'affaire de la disparition d'Elaine est requalifiée en meurtre. Ayant abandonné une carrière prometteuse à Interpol, il tient à faire ses preuves aux yeux de sa nouvelle équipe. Mais le meurtrier a couvert ses traces avec un soin tout particulier. Bientôt, une autre jeune femme disparaît, et Callanach se trouve embarqué dans une course contre la montre. Du moins le pense-t-il...  Le véritable sort des deux femmes se révélera être bien plus terrible tout ce qu'il pourrait imaginer.

https://www.marabout.com

 

Mon Avis

L'inspecteur Luc Callanach est dépêché sur la disparition d'Elaine, avocate. Tout pousse à croire, qu'elle ait été victime d'un meurtre terrifiant. La vérité est encore plus lugubre et inimaginable...


Ce roman nous plonge dans l'insondable horreur, le crime et la noirceur dans ce qu'ils ont de pire et calculé. On sent très vite quelque chose de dérangeant chez ce meurtrier qui va bien au-delà du vice, de la violence.

Impossible de ne pas être mal à l'aise devant les scènes de perversion, d'humiliation qui enflent au cours de ce récit. Luc et sa coéquipière Eva, glissent vers quelque chose de retors qui leur échappent. On aime leurs failles, leur côté un peu cassé et indéniablement humain. Leurs confidences échangées nous en apprennent beaucoup sur eux-mêmes et nous les rendent attachants.

L'écriture de l'auteur est intelligente, sensible et bien dosée. On est effrayé, stupéfait par la personnalité et le profil recherché. Les mises en scène de crime de façade brouillent les pistes auxquelles s'ajoutent des menaces suffisamment discrètes pour être perturbantes...

Eva est en danger, l'intrigue débraye, s'emballe, s'enraye. On passe du préoccupant à l'incontrôlable sentiment que tout doit s'arrêter, et ce, quelle que soit l'issue.

Ce roman joue avec nos émotions, décortique nos peurs, nous rend vulnérable, dépendant... Et vous ne soupçonnez pas encore à quel point !

 

Citation

"Cet homme souhaitait que nous découvrions les corps. Il voulait que nous apprenions que ces femmes étaient mortes. Je ne suis pas certain de comprendre pourquoi."

 

Bandeau - La perfection du crime


21 juin 2018

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Un tueur en héritage

 

"Un tueur en héritage" de Gilles Delmotte aux Éditions Pavillon Noir

Gilles Delmotte : Un roman survolté

 

Quatre milliardaires décrépis, un soldat viré, une orpheline gâtée, il n'avait pas fallu longtemps à Edgar pour comprendre qu'il s’était fait piéger. Fouiner dans les secrets des milliardaires ne pouvait que mal finir. Il ne manquait qu'un hacker prétentieux, un général zélé et un agent dégradé du FBI pour l'entraîner plus profondément dans cet enfer. À bien y réfléchir, se terrer dans un village abandonné n'était pas une si bonne idée…

Sur leur déclin, les hommes qui le traquent s'acharnent à récupérer leur secret volé. Mais celui-ci dévoile bientôt les fractures du passé qui les font trembler. Les contours de la vérité se dessinent dans les flammes de leur colère, ou n'est-ce qu'une nouvelle trahison qui finira par les perdre tous ?

http://www.polarspavillonnoir.com

 

Mon Avis Sang

Edgar est un ex-militaire et un piètre avocat quand on le charge d'une mission un peu particulière et grassement rémunéré... Il ne tarde pas à découvrir avec l'orpheline, avec qui il est en fuite, qu'ils sont tombés dans un piège dangereux...


C'est un récit immédiat, incisif, percutant que nous propose l'auteur. L'intrigue passée, l'action prend rapidement la relève pour ne jamais plus nous quitter.

Lara et Edgar sont traqués par des hommes tout-puissants et de surcroît bien renseignés. Tous les deux ont un passé trouble et douloureux. Leurs premiers échanges sont frontaux, houleux, et ce qu'ils vont vivre va inévitablement les rapprocher. Dans cette course-poursuite haletante, on traverse des contrés des USA intéressantes, bien que clichés qui pimentent sans conteste l'histoire.

L'écriture est rythmée, vivante, ponctuée de nombreux dialogues. Il y a un côté très visuel, très punchy qui saute tout de suite aux yeux. On se laisse embarquer facilement, il n'y a pas de temps mort, et donc pas l'occasion de souffler. Impossible pour le coup de se poser trop de questions, de se projeter ou de s'inquiéter suffisamment de la situation. En un temps record, on avale ce roman qui cache bien des cadavres, des malversations...

Ce premier tome n'a sans doute pas encore tout dit, et on a très envie de poursuivre et de soutenir ce duo aussi improbable qu'attachant. À suivre !


Citation Sang

"Je ne sais pas dans quoi on a foutu les pieds tous les deux, mais ça sent les grosses emmerdes, ça, je peux te le garantir."

 

Bandeau - Un tueur en héritage

19 juin 2018

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Homme de Rio

"L'homme de Rio" de Boumé Boubekeur aux Éditions Librinova

Boumé Boubekeur : Un roman sensible et évadant

 

Driss, d’origine française, va réaliser le rêve de sa vie : partir au Brésil.
C’est sur cette terre lointaine qu’il va apprendre à connaître sa véritable patrie, et par la même occasion, sa véritable identité.
Il y fait de nombreuses rencontres, des personnalités à mille lieux de celles qu’il a connues jusqu’alors.
Rapidement intégré par les Brésiliens comme l’un des leurs, il fait aussi la connaissance d’un jeune homme issu des favelas. La passion pour l’écriture de ce dernier lui permet d’échapper au quotidien difficile et souvent violent qui est le sien. Avec lui, Driss développe une relation particulière, qui va le changer à jamais
Partez en voyage au cœur de Rio, un périple où s’entrecroisent racisme, tolérance, acceptation des différences, quête d’identité, deuil et sentiments !

 

Mon Avis Pollar

Driss rêve de s'évader de son pays d'accueil, La France, depuis sa plus tendre enfance. C'est à travers le Brésil qu'il nourrit tous les espoirs d'être lui-même et heureux...


C'est un pur voyage au pays du soleil, de la danse, des favelas que nous propose Boumé Boubekeur. on y retrouve un climat exotique, évadant.

Il nous donne à voir à travers Driss et ses rencontres, les reliefs, les contrastes d'une population hétéroclite et savoureuse. Ce personnage se frotte à toutes les classes sociales sans exception, avec la même envie de connaître et d'écouter le cœur des gens. C'est cette proximité avec l'autre qui l'attire, son désir de comprendre et de s'immerger dans une réalité propre. L'écriture est fluide, captivante. On aime parcourir ce Brésil avec son climat, ses contours, ses coutumes.

On est touché par l'histoire de Diss qui ne trouve pas sa place entre sa culture d'origine et sa culture d'adoption. On suit son aventure avec curiosité et beaucoup d'intérêt, et on tombe presque amoureux à notre tour de ce pays si contrasté. Un ailleurs où tout est intense, les sensations fulgurantes, exacerbées. Ses amitiés pointent du doigt les inégalités douloureuses, une logique difficile à intégrer pour ce chercheur d'idéaux...

Il y a beaucoup de sincérité, d'humain, de vie dans ce roman qui nous porte, nous pousse à la découverte avec un regard à la fois critique, tendre et toujours passionné. Un exceptionnel voyage à découvrir !

Citation Pollar

"Ce paysage ne le lassait pas, il était le parfait résumé de tout ce qui l'attirait ici. Le sauvage de Mêlait à la civilisation, le beau au laid, le riche au pauvre, les sommets aux plateaux."

 A propos de l'auteur Pollar

Auteur - Boumé

Boumé Boubekeur est né à Lyon en 1963. En 1970, enfant, il regardait la finale de la coupe du monde qui se déroulait alors au Mexique. Elle opposait l'équipe d'Italie à celle du Brésil, avec son joueur hors du commun, Pelé. Impressionné par les torcedores (supporters Brésiliens) qui acclamaient et dansaient la samba, il dit à son père "Papa c'est là bas que je veux vivre, car les gens chantent et dansent", il avait 7 ans...
20 ans plus tard, il a pu faire son premier voyage à Rio de Janeiro, et depuis, passionné, il y retrouve chaque années ses amis qui l'appellent "Boumézinho".
Il a depuis visité une vingtaine de fois ce vaste pays grand comme 17 fois la France ! L'Amazonie, le Pentanal, le Mato Grosso, Paraiba, etc. tous ces états du Brésil sont représentés dans cette ville Rio de Janeiro, "Cidade Maravilhosa", et qui mélange tous les « cariocas ». 

Bandeau - Homme de Rio

15 juin 2018

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest aux Éditions des Montagnes Noires

 

 

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest aux Éditions des Montagnes Noires

Romain Godest : L'aventure prend fin

 

Ombre des dieux

"L'ombre des Dieux" de Romain Godest

Khal et Ezaba auraient pu vivre paisiblement dans une verte prairie, mais l’élu de Gaia est rongé par la crainte et s’isole sans cesse dans les terres reculées du royaume. 
Lorsqu’un mal touche sa bien-aimée et qu’il réalise qu’une malédiction frappe les alocasias et leur forêt, Khal est contraint de se rendre dans le monde d’origine du peuple d’Ezaba.
Accompagné de son fidèle ami Fassero, il va devoir déjouer les plans du monstre sanguinaire qui n’est autre que le père d’Ezaba. 
Mais les dieux n’ont pas oublié l’affront que leur avait fait Khal en sauvant Adrazan. Le jeu de ces êtres supérieurs prendra fin dans le monde des hommes alors que surgira l’unique fléau capable de les terrasser. 

Prix : 16..50 € , 216 pages, 14 x 21 cm (broché)

https://edmontagnesnoires.weebly.com

Mon Avis Pollar

Alors que Khal et Ezaba savouraient des moments de plénitude et d'amour, une malédiction touchant le peuple des Alocasias remet tout en question. Il est temps pour Khal de reprendre la route et de retrouver son ami de toujours, Fassero.

On est très heureux de retrouver l'univers de magie créé par Romain Godest, mais aussi un peu inquiet, et un peu triste, puisque ce tome clôt la fin de cette série.

On est porté, tout le long de cette aventure par l'énergie, le cadre, les péripéties, les valeurs évoqués. À peine remis d'une guerre douloureuse, nos amis se retrouvent dans une situation épineuse, dangereuse au cœur d'une cité étrange, violente et tranchée. L'intrigue nous transporte rapidement sur les lieux des drames, des conflits.

L'écriture est toujours aussi fluide et enveloppante, tout en allant à l'essentiel. On se sent proche de ces personnages que l'on a appris à connaître, à aimer au fil de la saga. Les liens d'amitié et de fidélité révèlent encore ici toute leur importance. Les attaques font rage, sont meurtrières. Il règne un climat tendu qui maintient notre attention tout au long du roman. Le sang coule, la vengeance a sonné, les répercussions sont énormes, inéluctables et sans appel. C'est le récit d'une ère qui s'achève, celle des Dieux, afin que les hommes recouvrent leur liberté.

Une saga héroïque, combative, torturée aux saveurs d'intenses voyages, qui saura vous enchanter...

Citation Pollar

"Elle se trouvait là, plantée dans un cercle de métal ambré et bruni par le temps. Le domaine de Siriag, le maître de Vadeloe, se dessinait sous ses yeux comme une couronne maudite, un anneau de terreur duquel s'échappaient des colonnes de fumée par centaines. Une cité de fer où les forges ne cessaient jamais de s'embraser."

 

Bandeau - Ombre des dieux

14 juin 2018

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Souvenirs effacés

 

"Souvenirs effacés" d'Arno Strobel aux Éditions l'Archipel

Arno Strobel : Un roman perturbant

 

L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne a travers le parc… Le coup sur la tête… A son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.
Étrangement, le médecin a son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.
Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’a son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
A qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?
Avec Souvenirs effacés, le thriller qui l’a propulse au premier rang des maîtres allemands du suspense, Arno Strobel signe un roman qui vous fera douter de tout, jusqu’au bout

 

Mon Avis

Quand Sibylle se réveille après deux mois de coma, elle ne pense qu'à retrouver son fils Lukas qu'elle croit en danger... Le retour à la réalité est étourdissant, confus pour elle, confrontée à ses proches qui ne la reconnaissent pas et réfutent son identité de mère...


On rentre dès le début du roman dans quelque chose de très étrange et dérangeant. On ressent un certain malaise à ce qui se dessine autour de Sibylle, habitée par des souvenirs prégnant qu'il ne semble pas lui appartenir...

Est-elle sous le choc ?

Est-elle en danger ?

Sur son chemin des hommes, une femme présents, prêts à l'écouter, à l'observer, la surveiller. À qui doit-elle faire confiance ?

On la suit sur les traces de son identité, à la recherche de preuves qui la conduirait vers elle, son fils et la vérité. L'écriture est nerveuse, sensible, électrique. Elle nous prend à cœur, nous donne des réactions en chaîne, épidermiques. On ne sait pas où aller, que penser tellement on s'oppose à des murs de contradictions.

On y parle d'expériences, de mensonge, de manipulation mentale. Il y a derrière les apparences, beaucoup de tricheries, de subterfuges dont on a du mal à s'extraire. C'est angoissant, saisissant : on est partagé entre la folie, la paranoïa, l'abomination...

Cette intrigue nous pousse très loin pour nous heurter, nous catapulter vers l'impensable, le doute, la peur de ne plus être soi, quand nos souvenirs s'effacent. Heureusement le cœur, le sang, le corps ont eux aussi leur mémoire...

Citation

"C'est sans espoir. Chaque minute que je passe ici est du temps perdu. Il faut que je parte avant de devenir folle et de me mettre à hurler. Partir, mais où ? Peu importe. Partir. Retrouver Lukas."

 

Bandeau - Souvenirs effacés


13 juin 2018

"La manufacture des histoires" de Luc Fivet aux Éditions Baker Street

 

Manufacture

 

"La manufacture des histoires" de Luc Fivet aux Éditions Baker Street

Luc Fivet : Un roman dans le roman

 

La Manufacture des histoires

Dans ce récit qui oscille entre thriller, roman initiatique et satire sociale, un écrivain multi-refusé cherche à pénétrer les arcanes de la Manufacture des histoires, ce lieu mythique où il rencontrera enfin reconnaissance, gloire et fortune.

Cette quête, traversée par un souffle d’humour et de parodie, sera truffée de pièges et de révélations. On y croisera des personnages aussi étonnants qu’un vendeur de machines à écrire, un marabout accoucheur d’histoires, les fantômes de la Beat Generation, des fanatiques obsédés par le Volume et même la nouvelle Shéhérazade, perdue parmi les flots de sans histoire fixe qui peuplent les rues...

https://editionsbakerstreet.com

 

Mon Avis Pollar

C'est un romancier en quête d'être édité, désabusé, persévérant et surtout à la recherche de lui-même dont nous allons faire la connaissance ici. Il nous raconte bien plus que des histoires à travers sa plume, à travers lui...


Ce récit nous entraîne dans les arcanes de la littérature pour nous emporter de l'inspiration vers l'édition dans une satire mi-sérieuse, toujours appointée et jamais ennuyeuse.

Pour les amoureux des livres, on s'y sent invité et comme un poisson dans l'eau. S'il y a un réel fantasme autour de l'écrivain, il est en quelque sorte ici dépoussiéré, démystifié. On y dévoile ici les coulisses de l'édition non sans humour et toujours de front. On y rencontre des personnages aux reliefs atypiques, caractéristiques, marquées qui jouent leur rôle de divertissement.

L'écriture est fluide, aspirante, inspirante à l'image d'un conte où le grave côtoie l'insolite, le facétieux. On éprouve à le lire au premier degré, pour qu'ensuite il se distille et se décante en pure réflexion.

C'est un récit intelligent, pertinent métaphorique d'une société qui veut nous aliéner de notre pensée, de notre liberté. Il veut nous mettre en garde contre les mirages, pour que chacun puisse continuer de croire et d'écrire sa propre vie.

  Citation Pollar

"Le but ultime, c'est d'arriver à se passer de mur et de regarder l'horizon s'ouvrir en grand devant nos yeux émerveillés. Ce n'est que ça, un livre. Une brique d'imaginaire joliment taguée qui nous donne un avant-goût de la liberté."

 

Bandeau - Manufacture

Posté par SophieSonge à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 juin 2018

"Dossier Wasselot" de Marc Welinski aux Éditions French Pulp

Welinski

 

"Dossier Wasselot" de Marc Welinski aux Éditions French Pulp

Dossier Wasselot : Il fallait oser...

 

Le dossier Wasselot - French Pulp éditions


Juliette Delteil, une coach de dirigeants réputée, est contactée par Christophe Beauvais, le PDG du groupe Wasselot, une grande entreprise française du secteur du luxe. Celui-ci voudrait que Juliette coache la directrice financière du groupe, Nadège Daude, aux prises avec une situation professionnelle difficile.

http://frenchpulpeditions.fr

 

Mon Avis Pollar

Juliette Delteil est une des meilleures coachs sur le marché quand on lui propose un contrat avec la directrice financière du groupe Wasselot en passe d'être en difficulté. Juliette met dès lors, les pieds dans un engrenage qu'elle n'est pas prête d'oublier...


C'est un roman glissant, trompeur, dangereux et o combien séducteur qui vous attend ici. On y côtoie des personnages, des situations qui gravitent autour du pouvoir, de la confiance.

Juliette est une femme d'analyse, d'intuition et pour la première fois de sa carrière, son univers va vaciller au point de douter d'elle, de son mari, de sa meilleure amie et à peu près absolument tout...

La mise en place de l'intrigue est extrêmement fine, équilibrée. On rentre dans quelque chose d'insidieux, de pervers, d'énigmatique. Il y a une dynamique de suspens qui capture notre intérêt, dès le début du récit. L'auteur nous dirige vers du secret, du médiatique, c'est excessivement prenant. L'écriture est accrocheuse, redoutable, joueuse. Elle nous entraîne dans un tourbillon sensible et intimidant. Il y a une aura à part, particulière chez Juliette qui est pressenti par un homme influent auquel on ne s'attend pas...

Il y a du piquant, des surprises et beaucoup d'audace dans ce polar qui oscille en permanence entre confusion et dissimulation. Heureusement pour Juliette, on ne la laissera pas seule sur le pont, pour gérer cette situation...

 

Citation Pollar

"Au matin, j'annulai tous mes rendez-vous. Rien n'est plus terrible que ce sentiment de ne plus savoir où on en est, de vivre dans un monde sans logique, où plus rien ne tient. Cette peur de basculer dans la démence..."

A propos de l'auteur Pollar

Marc-Welinski

Marc Welinski a passé 25 ans comme dirigeant dans l’univers de la grande entreprise qu’il connaît parfaitement. Dans Dossier Wasselot, son 7ème roman, on retrouve son écriture simple et rapide qui entremêle intimement l’humour et le suspense.

Bandeau - Welinski

 

11 juin 2018

"Un goût d'enfance" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

 Un gout d'enfance

 

"Un goût d'enfance" de Claude Couderc aux Éditions l'Archipel

Claude Couderc : Un roman sensible et nostalgique

 

Un goût d'enfance

Chocolat chaud, brioches, pain d’épices, confitures… Pour rien au monde le « Petit », 13 ans, ne manquerait le goûter chez Mme Pozzi dans sa belle maison de la « cité Million », le quartier chic de la ville…
Mais lorsque surgit sa mère dans la salle à manger, le Petit repose sa brioche : « Mamoune » est la femme de ménage de Mme Pozzi. Il rougit de la voir ainsi. Mais il oublie vite auprès de Vivi, sa petite voisine délurée. Ensemble, ils rient, ils pleurent, ils apprennent à s’embrasser. Dans ce petit coin de Midi, entre vignes et ruisseaux, la vie paraît alors pleine d’espoir…

http://www.editionsarchipel.com

 

Mon Avis

Claude Couderc, réalisateur de documentaires et de téléfilms, revient ici avec ce roman sur les traces et les souvenirs de son enfance. Il se raconte à travers ce Sud, propice à la liberté et aux premiers échanges évocateurs et amoureux. Il s'ouvre à nous au-delà des mots, sans filtrer ses émotions avec une musicalité et une poésie qui nous étreint, nous séduit.


Il y a de la honte à évoquer faire partie des pauvres, d'avoir un père qui rentre régulièrement saoul à la maison. Il y a aussi de la joie et de la fierté pour ce frère, aventurier et dandy. Le "petit", alterne avec les difficultés, les petits bonheurs, les déceptions, les douleurs et les rêves effleurés...

L'écriture est belle, sensible, imagée et incroyablement vivante. On touche ici avec une infinie justesse à l'intimité, les secrets, la métamorphose, à toutes ces choses qui une fois réunis, font un jour grandir.

Un roman qui dégage des sentiments doux et intenses, évoqués avec tendresse et indulgence. Vous devriez tomber sous le charme !


Citation

"Un pauvre, ça se repère facilement. "Moi, se dit-il, j'ai beau me laver, me coiffer en mettant du gel sur mes cheveux, je sais qu'on sait que je n'ai pas le sou... C'est comme si j'étais marqué au fer rouge !"

 

Bandeau - Un gout d'enfance

08 juin 2018

"Le poème dont vous êtes le héros" de Guillaume Prié aux Éditions Librinova

Heros

 

 

"Le poème dont vous êtes le héros" de Guillaume Prié aux Éditions Librinova

Guillaume Prié : Un roman poétique

 

Rencontre avec cinq personnages intimement liés les uns aux autres, qui rêvent de vivre et vivent pour rêver. En refusant de se laisser ballotter par les événements et les règles imposées, ils découvrent, petit à petit que la vie qu’on mène est, toujours, celle qu’on choisit. Que si la destination est connue, il n’est jamais trop tard pour détourner la rivière !

Leur vie est le poème dont ils sont les héros.

https://www.librinova.com

 

Mon Avis Pollar

On fait des rencontres exceptionnelles entre les lignes de ce roman avec des personnalités au profil différent et qui pourtant nous emmènent au final, vers une même direction.


Il y a une légèreté et à la fois une profondeur qui se dégage des mots, des valeurs prononcées. On y parle de routine, de rêve, de changement, de libre choix. Évanescent et prégnant, le récit se veut à la fois poétique et philosophique, se rapprochant d'un Paulo Coehlo.

L'écriture est sensible, aérienne, elle se laisse goûter, imaginer pour voyager et voler au-dessus d'elle. Les personnages nous touchent à travers leur vulnérabilité, leur imperfection.

On se laisse porter par leurs errances, leurs réflexions. Et puis, on se met à éprouver très fort leur questionnement au point de les déplacer, les intérioriser. Ils nous invitent à explorer en nous des chemins secrets insoupçonnés, à aller à la source de nos envies, nos émotions.

C'est un roman intemporel et délicat, à lire et à relire, à ressentir pour s'échapper et aller plus loin peut-être... Au-delà des murs, des obstacles, au-delà de soi.

Citation Pollar

"Toi qui cours le monde, tu sais autant que moi que l'importance du voyage ne réside pas dans la distance physique que les jambes parcourent, mais dans le cheminement intérieur que l'âme accomplit."

 

A propos de l'auteur Pollar

guillaume

Né en Bretagne, l'auteur a exercé pendant près de vingt ans dans la finance d'entreprise.
Sa dernière expérience professionnelle l'a mené à Singapour où il a enfin entrepris une tâche qui lui tenait à coeur: l'écriture de son premier roman.
Le poème dont vous êtes le héros illustre la façon dont il entend mener son existence désormais.

https://www.guillaumeprieromans.com/

 

Bandeau - Heros

07 juin 2018

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

 

A juliette

 

"à Juliette" de Fabienne Le Clauze aux Éditions Flammarion

Fabienne Le Clauze : Un témoignage poignant

 

À Juliette de Fabienne Le Clauze - Editions Flammarion

À Juliette : "Quand ma fille Juliette s'est suicidée, j'ai été dévastée, anéantie. Pourquoi une jeune fille de quatorze ans décide-t-elle de mettre fin à ses jours?
Je me suis sentie totalement coupable, je n'avais pas su protéger ma fille.

https://editions.flammarion.com



 

Mon Avis Pollar

Comment accepter le suicide d'une jeune fille à peine sortie de l'enfance ? Qu'en est-il de la douleur, du déchirement ressenti par une mère ? Comment continuer à vivre après la perte, malgré l'absence cuisante, irrévocable ? Fabienne Le Clauze nous livre ici son combat, ses confidences à travers ce roman dédié à sa fille Juliette...


Fabienne se délivre ici avec l'aboutissement de ce récit qui retrace les étapes de son deuil intime et unique. On ressent de plein fouet des sentiments extrêmement fort qui nous bouleverse, nous transperce.

Il y a une réelle intensité qui se dégage des mots, une violence, une impudeur même. On se sent givré, indiscret de voir ce mal, cette détresse que l'on sait inacceptable. On voudrait ne pas l'entendre, se soustraire à ce malheur injuste, incompréhensible et délicat.

L'écriture est libérée, sensible, sensée, bouleversante, elle nous touche à cœur et durablement. Son cheminement est personnel et on ne comprend pas toujours ses choix. Néanmoins, on les entend, on les accepte.

On aime les souvenirs évoqués autour de la personnalité de Juliette qui remplissent la vie avec justesse, bienveillance. On est touché par le soutien sans faille de Patrick Poivre d'Arvor à qui elle a su jeter une bouteille à la mer...

On a mal pour son mari, ses proches pour qui elle n'est plus la même. Le temps pour elle d'intégrer, d'exorciser, d'apprendre à vivre avec.

Fabienne à travers ses mots, prend de la distance et accompagne sa douleur à devenir autre, peut-être plus baume, plus volatile...

 

Citation Pollar

"Je suis tombée plus d'une fois dans cette épreuve, j'ai eu parfois du mal à me relever, j'ai même cru devenir cinglée, d'ailleurs, je le suis peut-être après tout, il faudrait demander aux autres ! Je sais que ce n'est pas fini, ça s'apaise petit à petit, mais je sais aussi que c'est pour la vie cette déchirure."

 

Bandeau - A juliette

Posté par SophieSonge à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,