A-l-ombre-du-cloitre-de-Salles

 

"A l'ombre du cloître de Salles" de Damien Corban aux Éditions Héraclite

Damien Corban : Une profondeur mystique

 

A-l-ombre-du-cloitre-de-Salles


1270. Grelonges. Je suis sur la grève, au bord de la Saône. Mon enfant se serre contre la chaleur de mon sein.
Vous avez péché Eulalie, tonne le prieur derrière moi. Vous avez péché ! répète-t-il. Et le monastère ne saurait accueillir le fruit de votre péché. Tuer mon enfant. Occire de mes mains le fruit de mes entrailles. Mes larmes coulent, embuent la surface de mes yeux.
Comment partir vraiment, comment atteindre le ciel, l'éternité, quand on a durant sa vie abandonné ce au quoi on tenait le plus, là, au bord du chemin ?...

 

Mon Avis Pollar

Grégoire est professeur de philosophie à la fac en région lyonnaise quand un livre, un vieux monsieur viennent bousculer sa vie, ses perceptions, sa manière de penser...

C'est un roman troublant, envoûtant, en territoire beaujolais et sur les traces de son passé. Damien Corban nous y invite à passer un moment trouble, évaporé par une petite porte dérobée.

Il y a une moiteur qui se dégage du roman, quelque chose d'impatient, de mystérieux. L'écriture est fabuleuse, captivante. On se laisse immerger volontairement dans un univers qui nous échappe et nous fascine. L'histoire est forte, les personnages incarnent une présence, irradient dans la matière. Il y a une énergie à délier. Il y est question de croyance, de cœur, d'immatériel, d'inexplicable. Grégoire est hanté par ses visions, lutte contre ses peurs, son ignorance. Un certain passé l'obsède, le déstabilise. Mais peut-être est il le présent capable de libérer le passé ?

Son chemin nous dirige au-delà de la réflexion, de l'intime, de l'universel. Il y a une spiritualité, une mémoire qui transpire des mots. Eulalie nous transperce, nous émeut, à travers Grégoire, elle s'ouvre à nous.

C'est un récit intense, foudroyant, lumineux où s'opposent des forces qui devraient plutôt se compléter, s'unir. Pas de loi, de Vérité, mais une ouverture propice à la paix et à l'Amour...

Citation Pollar

"Je suis le bourdonnement des insectes, le vrombissement des moucherons ; je suis la mousse sur les cailloux, le bois qui craque sous les pieds. Mais toujours, il ne me voit pas."



Ce que je retiens


Une immersion en terres Beaujolaises. Un passé historique, religieux, évanescent. Des personnages habités.

 

Petit bémol


Un roman qui mérite plusieurs lectures pour s'en imprégner, y discerner de nouveaux éléments...