Le temps d'une ile

 

"Le temps d'une île" de Thierry Clech aux Éditions Ateliers Henry Dougier

Thierry Clech : Une jolie plume

 

 

Le temps d'une ile

Qui, à travers le temps, a contemplé cette île à l’horizon ? Qui, il y a un siècle, 300 ans ou plus d’un millénaire a arpenté cette côte, a foulé cette plage ? Des anonymes, des personnages célèbres ? Qui y est né, qui y est mort ? Dans quelles circonstances ? Des hommes s’y sont entretués et des couples s’y sont embrassés. Certains y ont laissé des regrets. D’autres ont pu y infléchir leur destin.

Thierry Clech a imaginé quelques-unes de ces vies, de l’âge de pierre jusqu’au siècle futur, offrant ainsi une surprenante histoire de l’humanité.

http://ateliershenrydougier.com

 

Mon Avis Pollar

Au départ, il y a une île dans toute sa substance, dans son insolente intégrité ; puis vient la faune et cette mystérieuse humanité. Du commencement à la fin, l'île se raconte à travers les époques et le regard profond, brûlant de ses contemporains...

Avec "le temps d'une île", Thierry Clech nous subjugue, nous étonne. On traverse avec lui les grands courants d'histoire qu'ont vécus les hommes, au milieu d'un point défini qui est l'île.

L'écriture est belle, puissante, passionnante et on se laisse imprégner par les mots. Les narrateurs se succèdent, laissant une empreinte de leur histoire, du patrimoine existant, évoluant. C'est un voyage chronologique, curieux, documenté, imaginé qui se joue entre le réel et le fictif. La métamorphose se passe à la vitesse éclair à l'image d'une vie. Y défilent, les hommes emportés entre guerres et passions, soustraits à leur quotidien. On est ébloui par la force des éléments, la beauté du site, la magie et la poésie qui s'en dégage. Le destin du lieu est lié à l'activité humaine de manière incontrôlable, inéluctable.

On se laisse happer par les flots de condensés d'aventure, et on en éprouve à la fois la mesure... Il y a un constat doux-amer à observer, vivre et perdre quelque chose de merveilleux et que l'on a cru acquis. C'est peut-être l'occasion d'une réflexion, d'un recul à l'échelle d'un point précis à observer...

Ici, on vit, on meurt, on guerroie, on vibre dans une course folle après le temps.

Et on ne nous épargne pas, le temps s'en va, s'enfuit pour ne laisser qu'une trace discrète, enfouie...

Citation Pollar

"La Terre, me dis-je, était-elle autre chose que la somme des souvenirs que les humains y avaient laissés ? Et où était la vérité d'une vie ? Au début ? À son milieu ? Ou à l'approche de sa fin ? Et s'il n'y avait plus de fin ?"

 

Ce que je retiens :
Une écriture sublime, des chapitres qui s'adaptent instantanément aux moments qu'ils racontent. Ici, on va à l'essentiel.

Petit bémol : 

Concis mais pas assez précis. On aurait juste envie de s'attarder plus, creuser un peu plus l'environnement, les personnages...

Bandeau - Le temps d'une ile